Tags populaires
Par MehdiCornilliet (Mehdi Cornil…

Christophe Germain a été nommé Directeur Général d'Audencia Business School le mois dernier. A l'occasion de sa nomination, nous l'avons interrogé à l'occasion de sa prise de fonction.

 

Avec votre nomination, c'est encore un des "Audencia boys" qui prend les rênes d'une école... et à fortiori celle nantaise. Est-ce la consécration de votre carrière académique après avoir passé 17 ans au sein de l’institution ?

Tout d'abord, je tiens à signaler que je suis très heureux de m'inscrire désormais dans la lignée des "Audencia boys" qui doivent tous quelque part, là où ils sont aujourd'hui, quelque chose à Aissa Dermouche, qui a été Directeur Général d'Audencia de 1989 à 2004. Je souhaite lui rendre hommage ici. Non, ce n'est pas une consécration car cela n'a jamais été une fin en soi, pour moi, d'être Directeur Général de l'école. Mon leitmotiv a toujours été de servir Audencia, avec mes compétences, quelques soient les postes de direction que j'y ai occupés, et je le ferai désormais avec enthousiasme et une grande détermination dans le cadre de cette nouvelle mission qui m'a été confiée par la gouvernance. Ma satisfaction ne viendra que du fait que l'Ecole soit reconnue demain meilleure qu'elle ne l'est aujourd'hui. Cette seule pensée m'habite aujourd'hui.

 

Le communiqué de presse ne mentionne à aucun moment votre prédecesseur Emeric Peyredieu du Charlat, si ce n'est pour dire qu'il a été "remercié". Pourquoi se séparer en, ce qui semble être, de si mauvais termes ?

Seule la gouvernance de l'école peut répondre à cette question.

 

Vous vous êtes distingués par vos actions à SABS (Shenzhen Audencia Business School). Qu'avez-vous tiré de ces deux années en Chine ?

Tout d'abord de merveilleuses amitiés. Ensuite, un grand enrichissement sur le plan personnel avec la connaissance de la Chine et de sa culture, acquise grâce à mes différents séjours à Shenzhen. Enfin, j'ai beaucoup appris sur un plan managérial en accomplissant ma mission dans un contexte culturel qui nécessite une grande adaptation.

 

 

Quelles sont vos priorités stratégiques dans le développement de l'école ? Continuer sur les traces du plan #Audencia2020 ou l'amender ?

« Mieux vaut ne pas changer d'attelage au milieu du gué », préconisait Lincoln. Un plan stratégique a été dessiné avec l'ensemble des parties prenantes de l'école et il serait malvenu de ma part de balayer d'un revers de main ce qui a été construit collectivement. En revanche, nous sommes en 2018, c'est-à-dire à mi-plan. Nous allons donc faire un point pour voir là où nous en sommes par rapport aux objectifs fixés, de façon à identifier les réalisations sur lesquelles nous devons nous concentrer d'ici 2020.

 

Au sein de votre groupe concurrentiel, les écoles mènent une course à la taille critique, avec une hausse du nombre d'étudiants ainsi que des frais de scolarité... et souvent une baisse de la sélectivité. Quel est votre positionnement stratégique par rapport à ce sujet ?

C'est un sujet sur lequel il faut être vigilant, en effet. La configuration actuelle du portefeuille de programmes de l'école fait que nous avons des gisements de développement à exploiter, sans pour autant sacrifier la sélectivité. Par ailleurs, il ne faut pas oublier le marché international qui offre des opportunités. Les étudiants que nous avons formé cette année, par exemple à SABS, ne sont pas moins bons que les étudiants recrutés sur nos campus français.

 

En une phrase, "Audencia dans cinq ans c'est..." ?

Une école qui, fidèle aux valeurs de sa matrice, forme encore et toujours, pour les entreprises et la société, partout où elle est présente en France et dans le monde, des managers audacieux et responsables.

 

dans la même rubrique
Articles similaires
Audencia BS se dote d'une nouvelle marque

Il y a 7 heures, 56 minutes

Audencia BS se dote d'une nouvelle marque

Il y a 7 heures, 56 minutes

Emeric Peyredieu du Charlat "remercié", Christophe Germain prend la relève

Il y a 8 heures, 6 minutes

Commentaires: 0