Par ThibautPellerin (Thibaut)

Un an après un changement d'équipe, l'EDHEC fait le point sur sa stratégie

L'EDHEC nous a accueilli ce matin pour une conférence de presse sur son superbe campus parisien. Emmanuel Métais, DG de l'EDHEC, accompagné de son Board of directors, a convoqué cette conférence de presse afin de dresser un premier bilan de la nouvelle orientation stratégique de l'école décidée il y a de cela un an.

Avant toute chose, il est intéressant de noter que l'école de Roubaix se veut plus parisienne, et compte développer son campus du IIème arrondissement de Paris. Dès la rentrée prochaine, la cinquantaine d’étudiants de l’ambitieux programme GETT de triple-diplôme EDHEC-Berkeley-SKK, les étudiants en alternance, et les étudiants en formation continue, viendront étudier sur le campus de Paris. Sa situation avantageuse, au coeur de la ville-lumière, au sein d’un quartier où se trouvent de nombreuses entreprises, sont autant d’arguments pour l’EDHEC pour continuer le développement du campus parisien, qui s’agrandit progressivement.

 

Un environnement en mutation qui appelle à des changements

Emmanuel Métais a débuté sa présentation en pointant du doigt le fait qu'aujourd'hui les écoles sont confrontées au phénomène suivant : il faut de plus en plus d'argent pour financer les formations, alors même que les ressources ne peuvent croître indéfiniment, et tendent parfois à décroître. C'est notamment le cas en France mais aussi ailleurs pour l'argent public. Or, l'EDHEC désire rester une école d'excellence, ce qui implique donc une bonne gestion des ressources financières de l'école. L'équipe a tenu à rassurer l'assemblée sur ce point en affirmant tenir, avec ses près de 120 millions de budget par an, les engagements du Business plan quinquennal 2015 - 2020. 

Ce constat simple d'une mutation de l'environnement concurrentiel a conduit l'équipe de direction à mener une étude interne prenant en compte les avis de l'ensemble des parties prenantes (aussi bien les professeurs que les étudiants ou les professionnels) afin d'identifier les points forts et lieux d'améliorations des formations dispensées par l'école lilloise. Ceci avec l'objectif affiché d'augmenter toujours plus l'attractivité de l'école. 

Il ressort de cette étude un point majeur de satisfaction avec la puissance du département de recherche de l'école, notamment pour ce qui est des recherches en finance. Pour parvenir à cette excellence dans la recherche académique, l'EDHEC a mené depuis de nombreuses années une politique d'investissements lourds dans ce secteur, qui a permis d'attirer des chercheurs de rang mondial. Cette politique est toujours d'actualité, pusique d'après Emmanuel Métais, "15% du budget annuel de l'école est consacré à la recherche". Donner autant d'importance à la recherche contribue, selon l'équipe dirigeante à consolider le rôle sociétal de l'EDHEC, en restant fidèle à la devise de l'école "make an impact". 

 

Plusieurs axes de développement ont été identifiés pour les années à venir 

Quatre points d'amélioration ont été identifiés à la suite de cette étude. L'EDHEC nous a donc présenté les projets concomittants qui devront à terme renforcer ces faiblesses relatives des formations roubaisiennes. 

 

Premier chantier, rénover l'expérience étudiante

Ce projet, confié à Anne Zuccarelli, est porté par un budget de près de 20 millions d'euros, et vise à augmenter la qualité de l'expérience étudiante autour de quatre axes spécifiques. D'abord la rénovation progressive de la méthode d'enseignement, afin de la faire mieux correspondre avec les attentes à la fois des étudiants et des professionnels. Cette nouvelle expérience étudiante sera de plus en plus liée au monde professionnel, via le renforcement des liens entre les étudiants et leurs aînés. Troisièmement, l'exposition internationale des étudiants sera augmentée, par des mesures spécifiques favorisant la mise en relation des étudiants étrangers et des étudiants français dès l'arrivée sur le campus. Enfin, conformément à son identité, l'EDHEC réaffirme que la vie étudiante doit rester un lieu d'épanouissement et d'apprentissage pour les étudiants. 

 

Poursuivre les efforts en matière d'ouverture internationale

Richard Perrin, Directeur de l'International, mène sous l'impulsion du Comité Exécutif de l'Ecole, une politique d'expansion à l'international. Ainsi, si l'école bénéficie aujourd'hui de 230 accords d'échanges et doubles-diplômes, l'EDHEC pense à nouer de nouveaux partenariats qualitatifs avec des établissements prestigieux dans le monde entier. L'ambition affichée est de relancer des programmes sur le modèle du fameux GETT (parcours du programme grande école tri-diplômant entre l'EDHEC, Berkeley et la SKK). 

Selon Richard Perrin, l'école va nouer prochainement de nouveaux partenariats double diplômants avec des institutions en France mais aussi en Europe. Rendez-vous en septembre pour les annonces officielles. 

 

Poursuivre la digitalisation de l'offre de formation pour conquérir de nouveaux marchés

Forte de son expérience de près de 15 ans dans l'e-learning, l'EDHEC a décidé de compléter son offre de formation avec la mise en place dès la rentrée prochaine de EDHEC Online. La direction de cette nouvelle division va être confiée à Benoit Arnaud, actuellement Directeur Executive Education and MBAs de l'école. 

Alors que l'e-learning pèse aujuord'hui près de 180 milliards de dollars dans le monde, l'objectif est de proposer des formations diplômantes (donc reconnues par l'Etat ou par les institutions internationales) à destination des personnes qui, pour des motifs géographiques ou professionnels, ne pourraient pas se rendre sur les campus de l'EDHEC. De cette manière, l'EDHEC entend séduire de nouveaux étudiants, notamment pour le sprogrammes de troisième cycles. 

Alors qu'aujourd'hui seuls 3% des utilisateurs achèvent un MOOC, l'objectif assumé est que 97% des étudiants aillent au bout des formations en e-learning de l'EDHEC. Pour ce faire, diverses mesures vont être mises en place; d'abord un accompagnement personnalisé des utilisateurs avec un rendez-vous hebdomadaire avec un coach, ensuite la mise en place de learnig teams de cinq utilisateurs, qui devront travailler ensemble. Avec de telles mesures, et des projections d'investissement de 10% du budget de l'école à l'horizon 2025, l'EDHEC entend conquérir de nouveaux marchés, et tailler sa part du gâteau dans les 180 milliards. 

 

EDHEC Alumni revient au centre des préoccupations

Enfin, la fondation des alumnis de l’EDHEC, quoiqu’indépendante de l’école, travaille main dans la main avec elle pour parvenir à atteindre des objectifs communs. Ainsi, avec la fusion des réseaux d'anciens de tous les programmes de l'EDHEC, la fondation des alumnis se retrouve considérablement renforcée. Pa ailleurs, les ressouces financières de l'association sont assurées apr le fait que la cotisation à vie des étudiants est intégrée dans les frais de scolarité, ce qui garantit à EDHEC Alumni une force de frappe conséquente.

Selon sa directrice, la particularité du réseau d’alumni de l’EDHEC réside dans le fort sentiment d’appartenance des anciens de l’EDHEC, qui rend le réseau particulièrement dynamique. Certains alumnis décident même d’aider les autres anciens étudiants, ou les étudiants actuels de l’école, ce qui contribue au delà des années de formation à cultiver l'esprit de cohésion. Cet esprit est par ailleurs renforcé par l'organisation régulière par l'association de conférences thématiques, mais aussi d'une université d'été qui contribuent à dynamiser l'association et à pérenniser les liens entre l'école et les anciens. 

dans la même rubrique
Commentaires: 0