Le film du jeudi – Thelma et Louise

Emma Poesy
Thelma et Louise
© Solaris Distribution

Chaque jeudi, la rédaction d’Up2School Bac se donne rendez-vous pour vous faire découvrir un incontournable du cinéma. Comédie, drame, film d’action ou de science-fiction, tous les genres sont permis ! Cette semaine, retour sur Thelma et Louise, le célèbre road-movie féministe de Ridley Scott. 

 

 Ridley Scott est un réalisateur américain de renom. Il a notamment réalisé en 1979 le célébrissime Alien. Mais aussi d’autres films devenus cultes, comme Blade Runner ou Hannibal, thriller d’épouvante qui parle d’un médecin devenu un tueur cannibale. En 1991, il signe Thelma et Louise, qui reçoit l’Oscar du meilleur scénario la même année. Le film, qui est désormais considéré comme un classique du cinéma, a pourtant failli ne jamais voir le jour. 

 

Synopsis

Thelma et Louise est d’abord une histoire d’amitié entre deux femmes dans les années 90. Thelma est enfantine et écervelée. Mariée à un type infect qui passe ses journées à regarder des matchs de foot, une bière à la main. Elle s’ennuie dans sa vie de femme au foyer mais n’ose pas vraiment se l’avouer. Elle n’a jamais été indépendante et sait à peine ce que ce mot veut vraiment dire. Ce qui ne l’empêche pas d’être amie avec Louise, qui a la tête sur les épaules et qui travaille en tant que serveuse dans un restaurant du coin. 

Un jour, Louise propose à Thelma de partir avec elle en week-end. Le mari de Louise ne l’autorise pas à sortir, mais elle décide quand même d’y aller. Elle lui laisse un mot sur le frigo et un plat à réchauffer dans le micro-onde avant de s’en aller. Les deux jeunes femmes prennent la route et s’arrêtent dans un bar dansant. Un inconnu vient draguer Thelma et lui propose d’aller danser. Elle accepte et laisse Louise seule avec les boissons. Mais les choses tournent mal : l’inconnu entraîne Thelma sur le parking du bar et essaie de l’embrasser. Celle-ci refuse et lui dit qu’elle est mariée. Le type s’en fiche et tente de la violer.

Louise intervient et menace l’homme avec un revolver. S’en suit une grande cavale à travers les États-Unis. 

 

Susan Sarandon (Louise) et Geena Davis (Thelma) © Solaris Distribution

 

Un road-movie d’anthologie

Thelma et Louise est un film qui tient en haleine son spectateur du début à la fin. Les deux filles sont poursuivies par la police. C’est d’autant plus poignant que tout part d’une injustice, dont elles ne sont absolument pas responsables. De ce point de vue, le film est fidèle au genre du road-movie : un style très américain dans lequel des personnages terminent mal après s’être livrés à un périple sur les routes. Le genre est devenu un classique du cinéma après la sortie de films comme Easy Rider (1969) ou Pierrot le fou (1965) qui racontent la cavale de duos de personnages en quête de liberté. Thelma et Louise est considéré comme un précurseur du genre, la quête de liberté s’associant ici à la condition féminine.

On s’attache très vite aux deux personnages. À Thelma particulièrement, qui est frivole et immature et dont on devine qu’elle n’a pas connu grand-chose de la vie jusqu’à cette escapade. Le personnage est très bien écrit, son caractère évolue au fur et à mesure du voyage, sans jamais tomber dans la caricature. Louise, qui a davantage la tête sur les épaules, est la figure pensante du voyage. Bien plus indépendante que son amie, elle ouvre la voie et montre l’exemple. Elle est interprétée à merveille par l’actrice Susan Sarandon qui recevra trois récompenses pour cette performance, dont un Golden Globes et un Oscar en 1992. Le film révèle aussi à l’époque le jeune Brad Pitt. 

 

Susan Sarandon (Louise) et Geena Davis (Thelma) © Solaris Distribution

 

Un film qui a failli ne jamais voir le jour

Thelma et Louise est un film subversif pour son époque. Encore aujourd’hui, on estime ce film comme un classique du féminisme. Les opinions exposées dans le film vieillissent très bien, alors que le long-métrage aura trente ans cette année. 

Ce film est considéré comme féministe parce qu’il montre plusieurs réalités de la vie des femmes. D’abord, les deux personnages principaux sont féminins, ce qui est assez rare pour l’époque. Un bon nombre de producteurs et de réalisateurs ont refusé de financer le film pour cette raison. Ensuite, Ridley Scott met en avant la condition féminine d’une manière qui ne s’était jamais vue au cinéma avant.

Les hommes, qui sont les héros de la plupart des histoires, sont ici nuisibles pour la plupart. L’exemple le plus parlant est le mari de Thelma, dépeint comme un pauvre type qui ne pense qu’à lui et traite sa femme comme une esclave. Il y a aussi l’inconnu qui tente de violer Thelma sur le parking du bar. Un personnage qui vient faire écho à des nombreuses questions qui restent d’actualité. Par exemple, la question du consentement et le fait que les victimes de viol ne soient que très peu prises en compte. 

Par ailleurs, les héroïnes du film se détachent largement des personnages stéréotypés que l’on voit habituellement dans les films des années 90. Là où les femmes sont souvent la « récompense » d’un héros, Thelma et Louise sont indépendantes et n’ont pas besoin d’hommes. Mieux : elles répondent par les armes à la violence masculine qu’elles subissent. Ce qui avait suscité à l’époque de vives polémiques aux États-Unis. 

En définitive, Thelma et Louise est un formidable film d’action. Une grande œuvre de cinéma, que tu dois avoir vue au moins une fois. Tu peux retrouver le film en VOD sur la plateforme Universciné

https://www.youtube.com/watch?v=2iBFmKlO4BY

Si tu veux te renseigner sur les diktats autour de la sexualité, la rédaction t’invite aussi à lire cet article !

Total
12
Shares
Previous Post
Concerts annulés

Le monde de la culture interpelle le Président de la République pour qu’il valide la mise en place de concerts-tests

Next Post
Admission Sciences Po 2021

Admission à Sciences Po Paris : le guide complet (réforme 2021)

Related Posts