filles maths

Selon l’UNESCO, les filles ont d’aussi bons résultats en maths que les garçons

« Les garçons sont bons en mathématiques et les filles en français. » Tu as sans aucun doute (et très malheureusement !) déjà entendu cette phrase, mais t’es-tu déjà demandé ce qu’il en était véritablement ?

Le 27 avril 2022, l’UNESCO rendait son rapport annuel intitulé Approfondir le débat sur les personnes qui sont encore laissées pour compte. L’institution a pris le soin d’analyser les données issues d’écoles primaires et secondaires de 120 pays, afin d’obtenir un panorama général et de livrer des résultats pertinents.

Ces derniers indiquent que les disparités de genre qui favorisent les garçons en mathématiques durant les premières années de leur scolarité disparaissent ensuite progressivement. Une invitation à déconstruire les clichés et à faire tomber les obstacles qui empêchent les filles d’exploiter pleinement leur potentiel scientifique.

À savoir : En 2022, seules 28 % de femmes sont inscrites dans des formations en ingénierie. Un taux qui peine à progresser depuis 2013.

Lire aussi : Les mathématiques en première et en terminale : quelle combinaison est faite pour toi ?

Les résultats des filles en mathématiques égaux à ceux des garçons

Le rapport annuel Approfondir le débat sur les personnes qui sont encore laissées pour compte s’intéresse aux écarts qui prédominent entre les garçons et les filles dans les petites classes. Les résultats obtenus attestent qu’au début de leur scolarité, les garçons ont tendance à avoir de meilleures notes en mathématiques que les filles, mais que plus les années passent et plus cet écart disparaît.

L’analyse confirme également que les disparités en matière d’apprentissage se résorbent petit à petit, y compris dans les pays les plus pauvres. Dans certains pays, la tendance s’est même inversée : en 8ème année de scolarité (ce qui équivaut à la 4ème en France), les filles ont de meilleurs résultats en mathématiques et devancent les garçons de 7 points en Malaisie, de 3 points au Cambodge, de 1,7 point au Congo et de 1,4 point aux Philippines.

Ce qui laisse donc à penser que les discriminations et les préjugés continuent d’affecter les résultats d’apprentissage. Même si les filles rattrapent leur « retard » en mathématiques dans les petites classes, les garçons ont toujours tendance a être beaucoup plus représentés parmi les meilleurs élèves en mathématiques dans tous les pays.

Dans les pays à revenus intermédiaire et élevé, au secondaire, les filles obtiennent des résultats bien supérieurs en sciences. Et pourtant, les garçons continuent d’être majoritaires dans les formations scientifiques.

« Il faut recueillir davantage de données, mais les publications récentes ont d’ores et déjà contribué à dresser un tableau quasi-global des inégalités de genre dans les résultats d’apprentissage juste avant la pandémie. Les filles obtiennent de meilleurs résultats que les garçons en lecture et en sciences et sont en train de rattraper leur retard en mathématiques. En revanche, elles ont nettement moins de probabilité d’être parmi les plus performantes en mathématiques, en raison de préjugés et de stéréotypes persistants. Nous devons assurer l’égalité des genres dans l’apprentissage et veiller à ce que chaque apprenant réalise son potentiel », déclare Manos Antoninis, directeur du Rapport mondial de suivi sur l’éducation de l’UNESCO.

Lire aussi : Réforme du lycée : le retour des mathématiques dans le tronc commun ?

Les filles obtiennent des résultats nettement meilleurs que les garçons en lecture

Si les clichés s’effacent d’un côté, ils se poursuivent de l’autre. En effet, si les filles obtiennent de bons résultats en mathématiques, elles obtiennent des résultats encore meilleurs en lecture. Elles sont d’ailleurs plus nombreuses que les garçons à attendre le niveau minimum de compétence dans ce même domaine. À titre d’exemple, en Arabie saoudite, 77% des filles atteignent le niveau minimum de compétence en lecture en CM1, contre seulement 51% des garçons.

Les filles ont également une avance de 18 points sur les garçons en Thaïlande, de 11 points en République dominicaine et de 10 points au Maroc.

À savoir : Même dans les pays où le niveau de lecture des filles et des garçons est le même dans les petites classes, comme en Norvège ou en Lituanie, les disparités en faveur des filles atteignent environ 15 points une fois arrivé l’âge de 15 ans.

« Même si des données supplémentaires sont nécessaires, les publications récentes ont contribué à dresser un tableau presque global des disparités entre les genres en matière de résultats d’apprentissage juste avant la pandémie. Les filles réussissent mieux que les garçons en lecture et en sciences et rattrapent leur retard en mathématiques. Cependant, leurs chances de figurer parmi les meilleurs élèves dans cette matière restent encore très faibles en raison de discriminations et de stéréotypes persistants. C’est pourquoi nous devons atteindre l’égalité des genres en matière d’apprentissage et veiller à ce que chaque apprenant réalise son potentiel. », déclare Manos Antoninis, Directeur du Rapport mondial de suivi sur l’éducation.

Tu cherches plus d’informations sur ton orientation ? Des articles sur différents points du programme pour t’aider à décrocher la meilleure note au bac ? Rejoins la team Up2School Bac sur Instagram et TikTok !