Nouveau bac : le socle commun de connaissances

L’organisation de la scolarité au lycée a été bouleversée par la réforme du baccalauréat, conçue par le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer. Son objectif majeur est de former au mieux les lycéens pour qu’ils réussissent davantage leurs études supérieures. Cela passe en particulier par une modification du rapport au savoir qu’ont les élèves afin de valoriser un travail régulier dans le temps et plus autonome, d’où l’apparition du fameux ” socle commun de connaissances “. Décryptage !

Le socle commun de connaissances au cœur de la réforme du lycée

Dans le cadre de la réforme, la voie générale au lycée est principalement impactée. L’une des nouvelles modalités issues de la réforme est la disparition des séries S, ES et L au profit d’un parcours plus individualisé.

Pour construire son parcours, chaque lycéen doit désormais choisir en classe de seconde des enseignements de spécialité qu’il suivra parallèlement au fameux ” socle commun de connaissances “. Derrière cette belle expression se cache un ensemble de matières plutôt classiques, qui seront enseignées à tous les lycéens en voie générale. Ces connaissances se veulent, sur le papier, solides et variées.

La composition du socle commun

À hauteur de 16 heures de cours par semaine dès la première, puis de 15 heures et 30 minutes en terminale, tous les lycéens vont suivre en principe les mêmes enseignements obligatoires. Il s’agit des matières suivantes :

  • Français en première
  • Philo en terminale
  • Histoire-Géo
  • Enseignement civique et moral
  • Enseignement scientifique
  • Langues vivantes A et B
  • Éducation physique et sportive

À côté du socle commun, chaque étudiant suivra des enseignements de spécialité pendant 12 heures par semaine (trois matières en première, puis deux en terminale).

Les objectifs du socle commun

Mettre en place un ensemble de matières communes à chaque lycéen s’explique par la nécessité d’acquérir un ensemble de connaissances indispensables aux enjeux économiques, sociaux, scientifiques, culturels et environnementaux à venir.

” Construire un large socle de culture commune, humaniste et scientifique, ouvert aux enjeux de l’avenir. ” (ministère de l’Éducation nationale)

Ainsi, proposer un bloc commun de matières devrait en principe permettre d’homogénéiser le niveau des élèves en voie générale et faciliter l’acquisition de connaissances fondamentales indispensables.

Par ailleurs, le socle commun vise à développer cinq grands types de compétences officielles à acquérir avant les études supérieures :

  • Les langues pour penser et communiquer
  • Les méthodes et outils pour apprendre
  • La formation de la personne et du citoyen
  • Les systèmes naturels et les systèmes techniques
  • Les représentations du monde et de l’activité humaine

L’évaluation du socle commun

La réforme modifie également profondément le système d’évaluation pour le baccalauréat. Désormais, 60 % de l’évaluation se fait lors d’épreuves finales et 40 % avec le contrôle continu.

Pour les épreuves finales, celles qui concernent le socle commun (et non les enseignements de spécialité) sont :

  • En première, l’écrit et l’oral du bac de français, qui n’ont pas été modifiés par la réforme. Tu devras donc passer ces deux épreuves.
  • En terminale, la traditionnelle épreuve écrite de philosophie est maintenue.
  • Tu passeras aussi des oraux de langues vivantes dès le mois de février en terminale.

Les autres matières du socle commun seront évaluées à partir du contrôle continu, qui compte à hauteur de 40 %.

  • 30 % seront des épreuves communes qui auront lieu deux fois en première et une fois en terminale.
  • Les 10 % restants correspondent à toutes les notes de tes bulletins scolaires.

Si tu t’intéresses à la réforme du lycée, à Parcoursup et à l’orientation, n’hésite pas à consulter nos articles de présentation et d’analyse !