EM Normandie

Parcoursup, concours post-bac, orientation : comment ces trois étudiants ont-ils géré leurs choix ?

Les inscriptions Parcoursup battent leur plein et tu es peut-être en train de voir ta jauge de stress monter jour après jour ! On le comprend et nous sommes allés interroger pour toi des étudiants qui sont plus ou moins récemment passés par là. Ils partagent leur expérience, leurs doutes, leurs succès et nous disent où ils en sont aujourd’hui.

 

Tous les trois sont étudiants à l’EM Normandie ! Voici nos témoins :

  • Sasha Rouxel, étudiante en 1re année du PGE
  • Tom Souabe, étudiant en 4e année Post Bac du PGE (M1) en Alternance
  • Gaëlle Suffys, étudiante en 5e année Post Bac du PGE (M2) en Alternance

 

Quel élève étais-tu au lycée ?

Sasha : Je m’intéressais à beaucoup de sujets différents et j’aimais toutes les matières… à part les maths ! Plutôt curieuse, j’ai suivi différentes options au cours de ma scolarité : musique, maths complémentaires, anglais… Mes spécialités étaient LLCE (langues, littératures et civilisations étrangères) et SES (sciences économiques et sociales) en terminale. J’ai en effet abandonné la spé maths en fin de première. Je l’aimais de moins en moins, les cours à distance du fait de la crise sanitaire ont accentué cela et j’avais de toute façon laissé de côté l’idée de suivre des études d’ingénieurs.

Tom : Je réussissais à avoir 13 de moyenne en m’investissant modérément. En fait, c’était surtout une période où je donnais la priorité aux amis. J’ai quand même décroché mon bac ES avec mention bien, malgré le fait d’avoir fait ce choix de filière par défaut. La S me faisait un peu peur, j’aimais bien les SES, et comme mon père travaillait dans l’univers du commerce…

Gaëlle : J’étais à 11 de moyenne générale en terminale ES. Plutôt une élève moyenne, donc, surtout pour le lycée réputé dans lequel j’étudiais dans le nord de la France. C’est vraiment après le bac, durant mes études supérieures, que mes notes ont grimpé. Je suis passée à 14 de moyenne chaque trimestre !

Lire aussi : Comment j’ai eu 20/20 en SES au bac : les conseils de Florine

 

La clé pour trouver son orientation ? Aller à la rencontre des étudiants et des formations

Quand et comment as-tu commencé à t’intéresser à ton orientation ?

Sasha : J’ai fait mes choix seule, en réfléchissant aux portes que cela allait pouvoir m’ouvrir… ou me fermer ! Je voulais pouvoir garder les perspectives ouvertes surtout en droit, en commerce et en ingénierie (du moins jusqu’en première), les trois domaines qui m’intéressaient le plus. Sur Parcoursup, j’ai fait des vœux pour l’EM Normandie, un coup de cœur (je vous raconte après), une licence de droit, une autre en sociologie et une dernière en LLCER. J’étais prête à me lancer dans une année de césure si aucun de mes vœux n’aboutissait.

Tom : En première, je me suis rendu sur un salon simplement pour faire le tour et repérer ce qui était proposé aux étudiants. Je n’étais pas dans l’optique de déjà trouver ma formation. Je suis reparti avec une plaquette de l’EM Normandie.

Gaëlle : Dès la première, il me semble. Je cherchais des formations liées à la banque. J’ai parlé à mon conseiller financier pour bien comprendre son travail et j’ai finalement intégré un DUT* GEA (gestion des entreprises et administrations) pour avoir une vision plus large. Pendant ces deux années, j’ai hésité entre la comptabilité et la finance. J’avais aussi en tête de travailler dans le social. Mais finalement, à l’occasion d’un stage chez Décathlon, j’ai découvert l’univers de la logistique que j’ai adoré. Après mon DUT, j’ai passé une année à Londres pour engranger d’autres expériences avant de poursuivre mes études en France.

Lire aussi : Année de césure : qui peut la prendre et pour quoi faire ?

 

Étais-tu stressé(e) par le fait d’avoir à choisir une formation ?

Sasha : Oui, j’étais énormément stressée, surtout en seconde. Je trouve que c’est très tôt pour nous demander de choisir. Je savais qu’il y avait une marche à franchir par rapport à la première et que le niveau montait. Je savais aussi, grâce à mes expériences associatives, que j’aimais le commerce. Et que je cherchais une formation beaucoup plus dynamique que celle du lycée où on écoute les cours sans beaucoup interagir. Ma famille m’a beaucoup soutenue et conseillée. Et j’ai fait des salons et des journées portes-ouvertes. C’est là que j’ai rencontré l’EM Normandie.

Tom : Je fais partie des bacheliers qui ont essuyé les plâtres de la première version de Parcoursup, donc en soi, c’était un peu stressant. Mais grâce aux quelques salons que j’avais fait en première, je savais que je voulais intégrer une école de commerce. J’ai quand même fait des vœux pour les DUT TC (techniques de commercialisation) et GEA en sachant que ce n’était pas mon truc. Finalement, je n’ai pas donné suite à ces vœux sur Parcoursup puisque j’ai réussi les concours d’écoles de commerce.

Gaëlle : Je savais que je voulais partir sur un bac+2, mais au fur et à mesure, j’ai voulu aller plus loin. Le fait d’acquérir de l’expérience professionnelle m’a donné envie d’aller plus loin dans mes études et de consolider mes connaissances dans un domaine que j’ai découvert en stage : la logistique. Mais je n’étais pas plus stressée que ça par ce choix.

 

Comment se sont passés tes concours pour intégrer l’EM Normandie ?

Sasha : Je visais un bac + 5, donc j’ai passé les écrits du concours Sésame, mais pas les oraux qui ont été annulés à cause de la pandémie. Du coup, comme j’avais vraiment envie de défendre ma candidature, j’ai renvoyé une deuxième lettre de motivation au concours pour leur prouver mon envie d’intégrer l’EM Normandie ! Je ne sais pas si cela a joué, mais je suis très heureuse d’y avoir fait ma rentrée en septembre dernier !

Tom : Je me suis inscrit au concours Sésame pour intégrer un master d’école de commerce (bac+5), mais je ne l’ai pas passé ! J’ai préféré partir sur 3 années d’études en validant un Bachelor. J’ai commencé à réviser un peu tardivement, heureusement que le concours avait lieu bien avant le bac ! J’ai passé les trois semaines avant les écrits à réviser. Mais c’était trois semaines de rush. Je conseille franchement de s’y prendre au moins un mois à un mois et demi avant !

Gaëlle : Quand je me suis décidée à poursuivre mes études après mes deux années de DUT, j’ai visé à la fois les IAE et des écoles de commerce. J’ai donc passé le concours Passerelle qui permet de rejoindre le programme Grande École après un premier cycle universitaire validé. J’ai été acceptée dans plusieurs écoles, mais j’ai été conquise par l’ambiance de l’EM Normandie.

Lire aussi : Concours communs des écoles de commerce, le guide complet !

 

Le choix de l’EM Normandie : les critères pris en compte pour s’orienter

Qu’est-ce qui t’a décidé(e) pour cette école ?

Sasha : Je me suis reconnue dans ses valeurs, l’esprit de famille, l’absence de compétition entre étudiants.

Tom : J’avais repéré le Bachelor Management International de l’école. Le côté généraliste de la formation plus le départ à l’étranger en 2e année et la possibilité de faire de l’alternance en 3e année me plaisaient vraiment. Ainsi que le côté hyper interactif des cours avec beaucoup d’échanges entre les intervenants et les étudiants.

Gaëlle : Son expertise en logistique du fait de la proximité avec le port du Havre, évidemment réputé pour le transport maritime, et le fait que sa faculté est composée de professeurs reconnus de ces sujets. Sans compter la très bonne ambiance sur le campus !

 

Lors de ta première rentrée à l’EM Normandie, as-tu été étonné(e) par quelque chose en particulier ?

Sasha : Je ne m’attendais pas à ce que ma première rentrée dans l’école se passe si bien dans le contexte sanitaire compliqué. J’ai constaté le changement des mentalités par rapport au lycée, le fait que chacun soit plus mature, ce qui ne nous empêche pas de faire la fête !

Tom : J’ai été agréablement surpris par le campus du Havre ! Les espaces pour travailler, les espaces de vie en commun… Et le fait que les étudiants restent toute la journée aussi car c’est là qu’on travaille le mieux. On baigne dans une ambiance très sympa, on apprécie le campus, on n’a pas envie de rentrer chez nous, c’est vraiment différent du lycée !

Gaëlle : J’ai surtout aimé l’idée d’avoir accès à l’alternance rapidement, même si je n’y pensais pas à la base. J’ai fait mon U3 en initial puis ma première année de master comme alternante gestionnaire chez Cyrillus et ma deuxième année d’alternance se déroule chez La Gentle Factory. Je suis rémunérée, je ne paie pas les frais de scolarité et j’ai gagné en indépendance en apprenant énormément au niveau professionnel.

Lire aussi : Après le bac, un bachelor, c’est quoi ?

 

À quoi va ressembler la suite de ton parcours ?

Sasha : J’aimerais profiter d’un échange à l’international durant ma 3e année. Je pense aussi à l’alternance, pour une partie de mon cursus. Et, grâce à un travail au sein d’un module qui nous a permis d’interroger des professionnels, je sais que le métier de consultant ou la gestion de projet me plaisent.

Tom : Après avoir validé mon Bachelor, j’ai eu envie de continuer en master et surtout de le faire en alternance. J’ai passé la sélection que l’EM Normandie réserve à ses meilleurs étudiants de Bachelor et je suis en M1 depuis la rentrée dernière, en alternance au sein du service marketing de l’entreprise familiale. Jusqu’à l’obtention de mon M2, je participe à la création du site internet et de vidéos tutoriels pour présenter les produits. Je ne resterai pas après mon alternance car je suis en parallèle auto-entrepreneur. Je fais du web-design, de la création de sites et de la production vidéo. Je pense que je voudrai engranger d’autres expériences pour savoir ce qui me plait le plus du salariat ou de l’entrepreneuriat.

Gaëlle : La logistique est un domaine qui va continuer de se transformer avec l’évolution des nouvelles technologies et les enjeux liés à la supply chain verte. On va gérer les flux, les stocks, les matières premières ou encore la main d’œuvre de façon toujours renouvelée et je trouve cela passionnant. Il n’est pas impossible que je parte à l’étranger après mon M2. Peut-être simplement pour « voyager » ou pour y débuter ma vie professionnelle… Je vise plutôt une entreprise de taille moyenne. Pour avoir le meilleur des petites entreprises (beaucoup de choses variées à faire) et le meilleur des grandes (apprendre à fond sur un domaine) !

 

Stressés par Parcoursup ? Réfléchissez à votre orientation le plus tôt possible !

Ton conseil aux lycéens qui sont en pleine phase de formulation de leurs vœux sur Parcoursup ?

Sasha : Choisir ses études supérieures, pour moi, c’est choisir un cursus dans lequel on va s’épanouir. Donc il faut se fier à ce qu’on aime vraiment. Ce n’est pas le rectorat qui va nous imposer un établissement, c’est nous qui choisissons le diplôme que nous voulons, le domaine qui nous plait, l’école qui nous convient. On dit qu’il ne faut pas aller à reculons au travail le matin, c’est pareil pour la formation !

Tom : En début de terminale, on s’imagine que Parcoursup est très loin, mais les semaines passent très vite ! Donc je conseillerais de réfléchir à son orientation le plus tôt possible pour vraiment trouver sa voie. Aller sur les forums, les salons et aux JPO aide beaucoup. C’est bien de parler aux profs et aux responsables des formations, mais surtout, parlez aux étudiants !! Leur point de vue sur l’école, les cours, le quotidien est super important pour vous faire une idée précise de la formation.

Gaëlle : Ne vous mettez pas trop la pression : faire un choix d’orientation à 18 ans, ce n’est pas définitivement s’engager sur une voie dont on ne pourra plus s’éloigner pour le reste de sa vie ! Au fil de votre formation, de votre vie de tous les jours, de vos expériences, vos ambitions vont peut-être changer et ce n’est pas grave. Tout ne va pas tout droit dans la vie ! Et même si vous tâtonnez prenez tout car cela aura peut-être un intérêt pour vous plus tard.

*Les DUT ont été remplacés par des BUT à la rentrée 2021. La formation ne se valide plus en 2, mais en 3 années d’études après le bac.

 

Tu cherches plus d’infos sur ton orientation ? Des articles sur différents points du programme pour t’aider à décrocher la meilleure note au bac ? Rejoins la team Up2School Bac sur Instagram et TikTok !

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Up2School Bac (@up2school_bac)