Conseils Parcoursup

Les chiffres parlent : Parcoursup 2018/2019

La réforme Parcoursup, qui a fait couler beaucoup d’encre, est encore très récente. Major-Bac s’est rendu à ce propos aux 10e Rendez-vous de l’Éducation, qui ont eu lieu à Paris en janvier, afin de creuser le sujet. Nous avons eu la chance de rencontrer les acteurs institutionnels à l’origine de la réforme Parcoursup, sur laquelle on a peu de recul.

Où vont les bacheliers après le baccalauréat ? Que disent les chiffres Parcoursup sur la diversité sociale dans les études supérieures ? Quelles filières sont choisies par les mentions ” Très bien ” après le bac ? Qu’en est-il des candidats en réorientation ?

Tu trouveras les réponses à ces questions dans notre zoom sur les chiffres de Parcoursup 2018/2019, made in Major-Bac ! Bonne lecture !

N.B. : Les données qui suivent concernent les individus qui ont fait des vœux sur Parcoursup en 2018, donc pour l’année scolaire 2018/2019. On trouve d’une part les néobacheliers (les lycéens qui ont eu leur bac en 2018) et d’autre part toutes les personnes qui se sont réorientées pour l’année 2018/2019 en passant par Parcoursup. Ces données quantitatives sont fournies par le ministère de l’Enseignement supérieur et par l‘Insee.

 

#1 – Une surreprésentation des bacheliers généraux chez les étudiants de licence

Sur les 675 600 néobacheliers en 2018, 500 000 ont rejoint une licence à l’université. Parmi eux, 81 % ont un bac général, contre seulement 14 % pour le bac technologique et 5 % pour le bac professionnel.

Pourquoi peut-on dire qu’il y a une surreprésentation des étudiants titulaires d’un bac général en licence ?

Tout simplement parce que les bacheliers généraux représentent environ la moitié de l’ensemble des bacheliers de 2018, mais ils sont plus de 80 % des étudiants en licence 1.

Cette tendance s’observe d’ailleurs depuis plusieurs années : la part des bacheliers généraux augmente en licence, et celle des bacheliers professionnels diminue.

Il faut toutefois avoir en tête que cette tendance varie selon le domaine de la licence choisie. Les bacs professionnels sont majoritaires en STAPS par exemple, où ils représentent plus de 85 % des effectifs. Au contraire, ils sont quasiment absents des licences de Sciences humaines et sociales.

 

#2 – La diversité sociale varie fortement d’une filière à l’autre

Sur Parcoursup 2018/2019, et donc dans l’enseignement supérieur, un néobachelier sur cinq est boursier, soit 20 % des effectifs. Mais attention, si on creuse un peu plus, on se rend compte que cette proportion de boursiers varie très fortement d’une formation à l’autre.

Et cela pour deux principales raisons :

  1. La diversité sociale ou son absence s’expliquent par la réalité socioéconomique du territoire qui regroupe beaucoup de boursiers (ou inversement, peu).
  2. Elle peut être liée à une volonté d’ouverture sociale.

En haut du classement de la diversité sociale, on retrouve les formations de type BTS qui regroupent 25 % de boursiers dans leurs effectifs.

Les licences sont aussi classées au-dessus de la moyenne : 21 % des étudiants sont boursiers.

Sans grande surprise, les classes préparatoires sont situées en fin de classement, puisque seulement 10 % des élèves en CPGE sont boursiers.

 

#3 – Les candidats qui ont la mention TB rejoignent les formations les plus sélectives

Pas très étonnant ! Les données sur Parcoursup 2018/2019 sont sans appel : on retrouve les candidats avec des mentions dans les formations les plus sélectives.

Sur tous les bacheliers 2018, 11 % ont eu la mention ” Très bien “.

Ces bacheliers sont quasiment absents des formations types BTS et DUT qui n’ont que 2 % de mention TB dans leurs effectifs !

En licence, seuls 6 % des étudiants ont la mention TB.

Par contre, c’est un étudiant sur deux en classe prépa qui a obtenu la mention TB !

 

#4 – Les candidats en réorientation, plus nombreux et principalement vers les licences

Parcoursup concerne aussi les étudiants qui ont décidé de se réorienter en première année ou bien de reprendre leurs études. Un candidat sur cinq sur la plateforme Parcoursup est en réorientation.

Par ailleurs, en 2018/2019, 15 % des inscrits en première année ont tenté une réorientation, contre 11 % l’année précédente. Sur ce point, la réforme Parcoursup, qui visait notamment à accompagner les étudiants décrocheurs, semble porter ses fruits. Il reste cependant à voir si la tendance se confirme dans le temps.

Les candidats en réorientation demandent en général des BTS et des licences.

Ce qui est intéressant de souligner, c’est que généralement les BTS favorisent les néobacheliers, alors que les licences favorisent les candidats en réorientation, toutes proportions comparées.

 

Major-Bac espère que tu as pu découvrir de nouveaux éléments factuels sur Parcoursup. Si tu es en plein dans la démarche Parcoursup, bon courage !