Comment bien aborder l'écrit de francais

Bac de français : ce qu’on attend de toi à l’écrit

Les épreuves anticipées du baccalauréat de français arrivent à grands pas. Dans quelques mois maintenant, tu devras te présenter, muni(e) de ta convocation à l’écrit de français afin de commenter ou de disserter sur l’un des textes qui te seront proposés. Dans cet article, nous faisons le point avec toi sur les attendus de cette épreuve tant redoutée des élèves de première. Les objectifs, les attendus, etc. Nous te disons tout ce que tu dois savoir pour briller le jour-j ! 

On considère souvent le baccalauréat de français comme la première étape sérieuse d’examen national pour les élèves. Cette épreuve arrive à la suite d’une année largement consacrée au français, après des heures passées à travailler la méthodologie et à apprendre des textes par cœur. Il se doit donc d’être le meilleur accomplissement possible de tant de labeur. Et il est important que la note corresponde à tes attentes légitimes.

Pour que cela soit possible, pour éviter la catastrophe et la sortie de piste, il faut tout d’abord bien comprendre quelles sont les attentes des correcteurs et quels sont les meilleurs moyens de faire bonne impression sur ta copie. Dans cet article, nous citerons très souvent le Bulletin Officiel de l’éducation nationale (BO), afin d’être au plus près des attendus académiques.

Tout d’abord, il faut prendre en compte l’existence d’un programme spécifique à chaque année, articulé autour de quatre objets d’étude, auxquels s’associent « une œuvre (ou une section substantielle et cohérente d’une œuvre) et un parcours permettant de la situer dans son contexte historique et générique. ». À chaque objet d’étude se rattachent trois œuvres, « parmi lesquelles le professeur en choisit une et son parcours associé. »

Lire aussi : Comment se présentent les épreuves écrites et orales ?

Quels sont les objectifs de l’écrit de français ?

N’oublie jamais la visée première de l’écrit du baccalauréat de français : « vérifier les compétences acquises en français tout au long de la scolarité. » Il s’agit donc avant tout d’une épreuve de langue qui cherche à vérifier si le candidat sait bien lire et écrire le français, et réussit à construire des phrases logiques et structurées.

Le BO propose quatre grands axes pour aiguiller le candidat. L’ordre proposé n’est sans doute pas innocent :

« Maîtrise de la langue et de l’expression »

Ce premier point est sans doute le plus évident. Il souligne dès le début qu’il s’agit d’une épreuve de langue avant tout, qu’il faut montrer au correcteur que tu sais écrire le français (là où l’oral devra prouver que tu sais le parler).

L’orthographe et la syntaxe

L’orthographe est le critère qui saute aux yeux du correcteur le plus rapidement à la lecture. À toi de le travailler dès aujourd’hui pour ne pas perdre de points bêtement le jour du baccalauréat. Pourtant, il ne s’agit pas que de savoir écrire en français correct, il faut aussi que tu soignes l’expression écrite, c’est-à-dire que tu sois non seulement techniquement lisible, mais que ce que tu écris soit agréable à lire. Les phrases doivent être cohérentes et avoir un commencement et une fin claire. Pour cela, le conseil que nous pouvons te donner est de toujours construire la phrase dans ta tête avant de l’écrire et de savoir par quoi tu veux l’achever. Cela permet d’éviter les phrases à rallonge qui vont dans tous les sens.

Le correcteur est un lecteur

Sois le plus clair possible et dis-toi toujours que le correcteur est un lecteur comme un autre : il désire être plongé dans ton écrit comme dans un livre, sans que les mots soient un obstacle. Nous ne saurions que trop t’encourager à soigner également ta graphie : une belle écriture met directement le correcteur dans de bonnes dispositions de lecture. C’est terrible à dire, mais sa notation n’en sera que plus généreuse.

De manière générale, accorde à tous les détails de forme (cohérence syntaxique, propreté, calligraphie, etc.) au moins autant d’importance qu’au fond de ton devoir.

« Aptitude à lire, à analyser et à interpréter des textes »

Le deuxième point que met en avant le BO souligne l’importance, non plus seulement d’écrire français, mais aussi de lire le français et le comprendre. Mais le BO ne s’arrête pas là, il met aussi en avant le caractère crucial de l’interprétation littéraire.

Compréhension du texte

Ce paragraphe met en évidence les trois étapes de lecture que tu dois avoir devant un texte. Cette méthode concerne l’étude linéaire, le commentaire composé, ou plus largement tout texte que tu lis en vue de préparer le baccalauréat (par exemple la recherche d’arguments pour la dissertation d’argumentation). Commence donc par lire le texte et le relire pour bien le comprendre. Une fois que le texte semble clair, passe à l’analyse. Celle-ci doit concerner à la fois la forme du texte, ce qu’on appelle la stylistique, mais aussi le fond du texte, sa signification. Analyser un texte, c’est repérer les particularités de celui-ci, les points saillants qui font qu’un texte mérite d’être étudié.

Interprétation du texte

Vient ensuite la phase de l’interprétation. Elle consiste à comprendre à la fois pourquoi l’auteur a décidé d’écrire ce qu’il écrit et pourquoi est-ce qu’il l’a écrit ainsi, avec ces mots, ces tournures de phrases, etc. Il faut que tu te mettes à la place de l’auteur, pour en saisir les intentions. Mais le moyen d’interprétation le plus efficace est sans doute de se mettre à la place du lecteur. Essaie au maximum, au moins dans un premier temps, d’oublier ton devoir de dissection du texte pour te mettre à la place de celui à qui l’auteur a pensé quand il a écrit, son « lecteur idéal ». Pour cela, réfère toi notamment au contexte d’écriture et de lecture du texte, c’est-à-dire utilise, comme le demande le BO, ta « culture littéraire ».

« Aptitude à mobiliser une culture littéraire […] pour traiter d’une question littéraire »

« Aptitude à mobiliser une culture littéraire fondée sur les travaux conduits en cours de français, sur une culture et des lectures personnelles, pour traiter d’une question littéraire portant sur l’un des objets d’étude du programme. »

Ta culture littéraire ne sera jamais parfaite, totale ni suffisante. Ce n’est d’ailleurs pas ce que l’on te demande pour réussir ton épreuve. En revanche, le BO te demande deux choses :

Traiter une question littéraire

La première chose dont tu dois être capable, c’est de « traiter d’une question littéraire», c’est-à-dire, être capable d’interroger le sens de la littérature intelligemment. Les cours, les connaissances, ne sont donc pas la fin en soi. Tu peux réussir très bien ton baccalauréat en n’ayant que peu de culture littéraire, puisque ce qui compte, c’est ton raisonnement. Pour cela, il faut que tu te forges un avis sur la littérature, sur les grands enjeux du programme, et que tu en repères les points potentiellement litigieux (par exemple le lien entre littérature et politique, la morale en littérature, la distanciation entre l’auteur et le narrateur, etc.). Mais, pour te créer un avis tranché et argumenté sur la littérature, à moins d’être un génie, il n’y a pas mille solutions : Tu dois être capable de t’appuyer sur ta culture littéraire. C’est d’ailleurs le deuxième point crucial de cette partie.

Avoir des connaissances littéraires rudimentaires

Le BO te demande aussi de disposer de connaissances littéraires élémentaires : si tu es un élève un tantinet sérieux, tu auras construit durant tes cours de français du collège et maintenant du lycée une petite bibliothèque mentale de repères sur la littérature. Tu l’as constituée à la fois avec ce que tu gardes de tes cours et tes « lectures personnelles ». N’hésite pas à prendre du temps, avant le baccalauréat, pour réfléchir à cette bibliothèque mentale, voire essayer de la traduire par des petites fiches. Ces efforts pourront t’être très utiles le jour-j. Dis-toi bien qu’il ne sert à rien d’accumuler des références, mieux vaut en maîtriser peu que tu sauras ressortir le moment venu.

« Aptitude à construire une réflexion »

« … en prenant appui sur différents textes, et à prendre en compte d’autres points de vue que le sien. »

Le dernier point est sans doute le plus difficile à mettre en œuvre en quatre heures. Mais c’est bien tout l’enjeu de cet écrit de français : montrer au correcteur que tu disposes d’un esprit nuancé et rigoureux. En effet, que tu choisisses la dissertation ou le commentaire composé, tu devras montrer ton aptitude à organiser ta pensée, à structurer tes idées et à proposer un véritable cheminement vers la résolution de ta problématique.

La construction cohérente du propos

Essaie de te représenter ton devoir comme un cours d’eau qui serpente, mais avance vers la mer : toutes tes idées ne doivent pas aller exactement dans le même sens, mais la visée de ta réflexion doit être de proposer une seule et même résolution du problème. Cette image permet de comprendre que tes parties ne doivent pas se répéter ni se contredire, mais faire avancer la problématique vers sa conclusion naturelle. Pour réussir cela, tu dois organiser ta réflexion au brouillon et trier tes idées de la plus évidente à la plus intelligente : a priori, ce sera le fil conducteur de l’avancée de ton devoir.

La nuance du propos et le prise en compte d’autrui

Le BO t’invite à la nuance du propos. Tu ne peux pas dire tout ce que tu penses et seulement ce que ce que tu penses, mais tu dois nuancer tes propos pour montrer au correcteur que tu cherches patiemment la résolution de ta problématique. Pour y parvenir au mieux, tu dois avoir forgé ton esprit critique à la découverte d’autres textes et auteurs, avec lesquels tu n’accroches pas forcément. Même si tu veux affirmer tes convictions sur la littérature dans la copie, tu ne peux pas ignorer celles des autres. Tes arguments n’en seront d’ailleurs que plus pertinents s’ils acceptent de prendre en compte les avis divergents.

Lire aussi : Se préparer au commentaire en français (à l’écrit et à l’oral)

Le devoir en lui-même : dissertation ou commentaire ?

Tout d’abord, il faut bien que tu te dises que ces deux épreuves, même si leurs formes semblent assez différentes, n’ont pas de visées très différentes. Il s’agit toujours pour le correcteur de noter tes facultés de réflexion, d’organisation de ta pensée et ton sérieux. Pour toi, il s’agit de toujours de proposer de manière cohérente et structurée ta vision de la littérature en t’appuyant sur un ou plusieurs auteurs et de répondre à ta problématique. La problématique est le cœur du devoir, c’est elle qui doit guider et justifier tous tes mots.

Le commentaire

« Le commentaire porte sur un texte littéraire, en lien avec un des objets d’étude du programme de la classe de première. Le candidat compose un devoir qui présente de manière organisée ce qu’il a retenu de sa lecture et justifie par des analyses précises son interprétation et ses jugements personnels. »

Analyse et interprétation

Le commentaire est choisi par la majorité des élèves car il est rassurant. En effet, même si le texte n’est pas connu, le candidat pense qu’il peut s’en tirer grâce à sa faculté d’analyse et d’interprétation.

Il s’agit de proposer une problématique, c’est-à-dire un aspect sur lequel le texte mérite d’être éclairé. Chaque problématique ne doit s’appliquer qu’au texte proposé, tu ne peux donc pas proposer comme question « en quoi est-ce un incipit étonnant ?», mais réussir à mêler dans une même phrase le fond et la forme du texte. Une problématique de commentaire n’est pas forcément une question, mais bien un parti-pris que ton devoir s’appliquera à justifier.

Le texte du BO souligne le lien qu’il doit exister avec l’objet d’étude au programme. N’hésite pas, toi aussi, à faire des liens avec ce dernier, explicitement ou non, dans l’introduction et dans le corps du texte. Surtout, pour l’accroche ou l’ouverture, tu pourras parler d’un autre texte qui se rapproche de celui-ci car du même objet d’étude.

Donner du corps à ses arguments

Enfin, comme son nom l’indique, le commentaire consiste à commenter le texte. Encore une fois, jongle toujours entre le fond et la forme pour donner plus de force à tes arguments. Pour chaque nouveauté, tu dois suivre plus ou moins le raisonnement suivant :

  • Observation/réflexion générale à partir d’un ou plusieurs éléments du texte,
  • Analyse précise de l’élément, souvent à l’aide d’une observation stylistique, grammaticale ou syntaxique. Citer le texte est le cœur du commentaire, il faut donc le faire avec rigueur. L’analyse doit être extrêmement précise, car c’est le meilleur moyen de te différencier des nombreux autres élèves.
  • « Interprétation » et « jugements personnels » sur ce que tu peux tirer de ton analyse. Tu dois terminer par expliquer en quoi l’élément analysé change la vision que le lecteur a du texte, influence les choix d’interprétation.

La dissertation

« La dissertation consiste à conduire une réflexion personnelle organisée sur une question littéraire portant sur l’une des œuvres et sur le parcours associé figurant dans le programme d’œuvres. Le candidat choisit l’un des trois sujets de dissertation, chacun étant en rapport avec l’une des œuvres du programme et son parcours associé. Pour développer son argumentation, le candidat s’appuie sur sa connaissance de l’œuvre et des textes étudiés dans le cadre de l’objet d’étude concerné, ainsi que sur ses lectures et sa culture personnelles. »

La dissertation est souvent plus redoutée des élèves, mais elle est aussi l’opportunité d’avoir de très belles notes, puisqu’elle est moins choisie par les candidats. Là aussi seront notés en premier lieu ta rigueur, ta capacité d’analyse et ton sérieux. Tu auras au choix trois sujets portant chacun sur une œuvre que tu auras étudiée.

Comment utiliser ses références ?

Attention, si la dissertation est dite « dissertation sur œuvre », tu ne dois pas te limiter à des commentaires de l’œuvre que tu auras lue dans le corps de ton raisonnement. Un ratio sérieux pourrait être 50% des références tirées de l’œuvre et 50% tirées d’autres textes.

Là aussi, dis-toi bien que plus tes références seront précises, plus elles seront recevables. L’œuvre sur laquelle portera le sujet aura été étudiée longuement pendant l’année et tu auras sans doute même des textes pour l’oral qui en seront extraits. Tu dois donc être très pertinent dans tes analyses et proposer des interprétations sensées lorsque tu parleras de l’œuvre associée.

En revanche, les correcteurs seront moins tatillons pour les œuvres tirées de ta culture personnelle : c’est le moment de les impressionner. Tu peux penser aux poésies que tu connais par cœur, à des livres que tu as lus il y a des années, mais ce que nous te conseillons, c’est de te créer un carnet ou un document à citations dans lequel tu pourras noter certains éléments de textes lus qui te paraissent pertinents pour les ressortir en dissertation.

L’importance de la problématique

Pour bien centrer tes efforts, n’oublie donc jamais que la problématique est le cœur de ton raisonnement. Tu dois la travailler comme ce qu’il y a de plus important dans tout ton devoir, car c’est elle qui doit justifier toutes tes phrases. Comme dirait Roland Barthes, que tu découvriras peut-être un jour, dans une dissertation « Tout ce qui est noté est, par définition, notable ».

Lire aussi : Les citations incontournables pour le baccalauréat de français

Conclusion

Nous espérons que ce article te permettra de bien cerner les attentes des correcteurs pour ton écrit de français. Si nous pouvons te donner un dernier conseil, c’est de te présenter le jour de l’épreuve le/la plus décontracté(e) possible. Les mauvaises surprises restent rares dans ce genre d’épreuve si tu as été sérieux/se pendant l’année. Fais ce que tu sais faire, ne tente pas de toute nouvelle méthode mais fais confiance à tes professeurs. Et surtout, n’oublie jamais de t’appliquer à rendre ta copie la plus cohérente possible, à ne pas aller dans tous les sens, mais à rester fidèle à ce que tu avais annoncé en introduction. Tu n’auras alors plus qu’à répondre à ta problématique initiale.

Tu cherches plus d’infos sur ton orientation ? Des articles sur différents points du programme pour t’aider à décrocher la meilleure note au bac ? Rejoins la team Up2School Bac sur Instagram et TikTok !