Françoise Sagan, auteur de bonjour tristesse

Françoise Quoirez, dite Françoise Sagan (1935-2004)

Françoise Sagan est une des romancières françaises majeures du XXe siècle qui a marqué son temps avec des oeuvres aux intrigues romantiques et sociales comme Bonjour Tristesse (1954).

 

La vie de Françoise Sagan en quelques mots…

Françoise Quoirez est une femme de lettres française : romancière, dramaturge, biographe. Elle écrivait aussi des chansons, des scénarios et des dialogues de films. Le choix de son nom d’auteur, différent de son patronyme civil afin de préserver sa famille du monde médiatique, a été emprunté à un personnage de Proust (le prince de Sagan).

 

Cette romancière, surnommée “charmant petit monstre” par son entourage s’est distinguée par son goût prononcé pour le jeu, les belles voitures, le luxe, la drogue et son engagement politique lors de la guerre d’Algérie. Sa vie a souvent été source de déballages médiatiques.

 

Elle a connu une carrière littéraire plutôt prospère. Le premier roman qu’elle publie à 18 ans (Bonjour Tristesse, 1954) est un succès immédiat pour lequel elle obtient même le Prix des Critiques la même année. De même, son second roman intitulé Un Certain Sourire (1956) est un franc succès. Tout au long de sa vie, elle publiera vingt romans ainsi que quelques pièces de théâtre et biographies avec un succès (presque) toujours au rendez-vous.

 

On lui a toutefois reproché son ton désinvolte, ce qu’elle représentait, la “petite musique” qui revient dans chacune de ses œuvres et son manque de renouvellement au fil des années. Elle qui avait beaucoup d’argent et en distribuait sans cesse, qui roulait dans des belles voitures et affirmait une certaine liberté sexuelle est vite devenue un James Dean au féminin (symbole d’une génération aisée, libérée et désinvolte). A la fin de sa vie, le succès commercial de ses œuvres était tel et ses romans si universellement reconnus que la critique ne prenait plus vraiment la peine de s’y intéresser.

 

La principale oeuvre de Françoise Sagan : Bonjour Tristesse

Parmi les nombreuses oeuvres publiées par Françoise Sagan, nous pouvons citer Bonjour Tristesse (1954), Un certain sourire (1956), Château en Suède (pièce de théâtre, 1960) et Un chagrin de passage (1993) comme ses oeuvres les plus connues. Toutefois, son oeuvre emblématique -celle que nous étudierons- est son premier roman Bonjour Tristesse.

 

Bonjour Tristesse (1954) – Roman

Une jeune lycéenne aisée de 17 ans, Cécile, passe l’été dans une grande villa sur la Côte d’Azur avec son père après avoir raté son baccalauréat. La maîtresse de Raymond (son père), Elsa, est avec eux. Les trois personnages désirent prendre du bon temps et du plaisir lors de ces vacances. Mais l’arrivée d’une autre femme dans la maison – Anne – va tout bouleverser. Raymond, riche quarantenaire et veuf, tombe peu à peu amoureux de cette femme qui est tout à fait différente de ses conquêtes habituelles : stricte, elle donne de l’importance à la morale, à la culture et au savoir-vivre. Les sentiments entre Anne et Raymond se développent, de même que celle-ci se rapproche de Cécile en la prenant en l’aidant à réviser son baccalauréat, en la conseillant sur ses relations etc.

Anne et Raymond décident finalement de se marier, Elsa quitte la villa. Effrayée par le changement de vie de son père, Cécile met en place un stratagème afin de les faire se séparer : elle demande à son compagnon (Cyril, un peu plus âgé qu’elle) de simuler une liaison avec Elsa pour rendre jaloux son père et l’attirer à nouveau vers sa maîtresse. Son plan fonctionne, Anne les surprend et son coeur se brise. Sous le coup de l’émotion, elle quitte la villa et meurt dans un grave accident de voiture (le suicide est suggéré). Après ceci, père et fille sont extrêmement attristés. Ils reprendront finalement leur vie “facile” mais n’oublieront jamais Anne. De plus, elle leur a fait découvrir un nouveau sentiment qui ne les quittera plus : la tristesse.

 

Françoise Sagan commence la rédaction de ce premier roman en 1953 lors de son année d’étude à la Faculté de la Sorbonne. Son titre est tiré d’un vers de Paul Eluard. Ce roman est un événement marquant et fondamental pour Françoise Sagan car il inaugure sa naissance en tant qu’écrivaine. Après avoir lu son manuscrit (dont elle a retapé la fin pour le rendre plus tragique), René Julliard, l’éditeur des Temps modernes, tombe sous le charme et décide directement de la publier. Etant donné le contenu de l’oeuvre, la jeunesse de l’auteur et le message libérateur qu’elle véhicule, elle fait très rapidement scandale.

Mais cette publicité sulfureuse n’est pas ce que l’on retiendra le plus de la réception de Bonjour Tristesse, l’obtention du Prix des Critiques le 25 mai 1954 montre l’appréciation générale d’un style soigné et de thématiques qui parlent à tous les lecteurs. Les premiers mots du roman en sont un exemple : ” Sur ce sentiment inconnu dont l’ennui, la douceur m’obsèdent, j’hésite à apposer le nom, le beau nom grave de tristesse. “. Cette “petite musique” que les lecteurs retrouvent dans chacune de ses oeuvres leur donne une certaine douceur, une mélancolie qui berce et touche.

 

Françoise Sagan représente la jeunesse libérée, l’aventure de la nouvelle génération, le goût de la vie vécue à fond et les sentiments mélancoliques qui nous traversent tous un jour. Ainsi, son succès glorieux et constant s’explique notamment par son style élégant et la portée universelle de ses romans qui touchent tous les publics.

 

A lire également : le portrait de Simone de Beauvoir, une écrivaine féministe