Victor Hugo écrivain français et auteur de Hernani

Victor Hugo (1802-1885) : portrait du célèbre écrivain français

Victor Hugo est un poète, dramaturge, romancier, dessinateur et écrivain français. Il est rattaché au courant romantique. Il n’est pas uniquement reconnu pour ses œuvres (Hernani, Les Misérables ect…), il a aussi eu une carrière politique très importante. Son engagement, que ce soit en littérature ou en politique, et ses combats idéologiques en font une personnalité forte du XIXe siècle.

La vie de Victor Hugo en quelques mots…

Victor-Marie Hugo est né dans une famille bourgeoise où il a été choyé et très entouré. Son père, un général de l’Empire napoléonien, est amené à beaucoup voyager. Après la séparation de ses parents, il sera surtout élevé par sa mère. Il changea régulièrement d’endroits de vie.

Il pratique la poésie très jeune. A ses 14 ans, il commence déjà à être reconnu pour ses vers. A ses 19 ans, il publie son premier recueil de poésie intitulé Odes (1821). Il fait sensation et est repéré par le roi Louis XVIII. Dès lors, il recevra une pension de celui-ci. Se faisant peu à peu connaître avec ses recueils poétiques et ses romans, il enrichit en parallèle sa vie familiale en se mariant avec son amour d’enfance Adèle Foucher (en 1822) avec qui il aura cinq enfants.

Avec Cromwell (1827), sa première pièce de théâtre, Victor Hugo se présente comme un dramaturge moderne. Dans sa préface, il questionne en effet les conventions classiques (l’unité de temps, de lieu) et amorce la mise en place d’un nouveau genre dramatique : le drame romantique. Dans les années qui suivent, Victor Hugo s’intègre de plus en plus dans le milieu artistique et publie tant des recueils poétiques (Les Feuilles d’Automne, 1831, par exemple) que des romans (Le Dernier Jour d’un Condamné en 1829, Notre-Dame de Paris en 1831) ou des pièces de théâtre (Hernani en 1830). C’est une période riche en rebondissement et en gloire pour l’auteur : Hernani donne lieu à une lutte littéraire et fait la une de tous les tabloïds, Notre-Dame de Paris a un succès fou. En terme de théâtre, Victor Hugo ouvre avec Alexandre Dumas un théâtre consacré aux drames romantiques (le théâtre de la Renaissance) en 1836. Ruy Blas y sera représenté en 1836. En 1841, l’auteur entre finalement à l’Académie française. Le drame romantique a autant d’opposants que de détracteurs.

Un événement tragique marquera la vie de Victor Hugo à tout jamais : la mort de sa fille Léopoldine, noyée avec son mari en 1843. Cette tragédie lui inspirera certains poèmes des Contemplations (1856), un recueil de deuil et de recueillement. Après ceci et l’échec des Burgraves (une pièce de théâtre), Victor Hugo ne produira plus rien.

A la suite de ceci, l’auteur se convertira en personnalité politique. L’engagement qui était le sien dans ses écrits est transféré dans ses actions politiques. Bien que royaliste jusque dans les années 1940, il devient peu à peu favorable à la démocratie. Il est pair de France en 1845, maire du 8e arrondissement de Paris en 1848 puis député la même année. L’année 1848 est aussi celle de la transformation idéologique pour Victor Hugo : la répression de la Révolution de Juillet et le gouvernement qui en sortira le choqueront et le décevront. Cela le poussera à désavouer le régime en place. En parallèle, cette même année il fonde le journal “L’Evénement.

Quant à sa relation avec Napoléon Bonaparte, dans un premier temps il le soutient et voit en lui la grandeur de la France. Il s’en détourne pourtant très vite et tentera d’empêcher le coup d’Etat de 1851. Il se voit obligé à l’exil, une période durant laquelle il recommence à publier des écrits : des recueils de poèmes très riches tels que Les Contemplations (1856), des pamphlets (Napoléon le Petit) ou des romans (Les Misérables en 1862, Les Travailleurs de la Mer en 1866). Et jusqu’à sa mort, pendant son exil de 19 ans et après son retour en France en 1870, Victor Hugo ne cessera de publier des romans forts et engagés (Quatre-vingt treize par exemple), des recueils de poèmes, des pièces de théâtre, et d’être un représentant politique majeur en France. Malgré les menaces qui pèsent sur lui, il fera circuler ses oeuvres en sous-main sous la forme de livres de poche et sera présent sur la scène publique politique en tant qu’opposant de poids.

Ce qu’on retiendra de la biographie de Victor Hugo est sa posture engagée, tant en littérature que sur la scène politique. Ce fut un homme de pouvoir, tant adulé que détesté pour ses œuvres et ses actions politiques. Sa production, nombreuse et évolutive dans le temps, reflète la vie riche en influences et en remises en question de cet auteur national qu’est Victor Hugo. Ses oeuvres, souvent inclassables en terme de genre, sont des grands classiques de la littérature française aujourd’hui.

Les œuvres majeures de Victor Hugo

Parmi la production nombreuse de ce célèbre écrivain français, nous pouvons citer Cromwell (1827, pièce de théâtre), Hernani (1830, pièce de théâtre), Ruy Blas (1838, pièce de théâtre), Le Dernier Jour d’un Condamné (1829, roman), Notre-Dame de Paris (1831, roman), Les Misérables (1862, roman), Odes et Ballades (1828, recueil de poèmes) et un autre recueil intitulé Les Contemplations (1856).

Hernani (1830) – pièce de théâtre

Lors de sa première le 28 février 1830 à la Comédie française, Hernani fait scandale et oppose violemment les “Anciens” (classicistes) et les “Modernes” (en faveur du drame romantique et de la rénovation du théâtre). Le combat qui a eu lieu ce jour-là, et qui a engendré la querelle des Anciens et des Modernes, est appelé la bataille d’Hernani. Ce fut l’avènement du drame romantique.

En voici un résumé :

On est en 1519 en Espagne. L’intrigue est principalement amoureuse et elle se base sur des malentendus et un quatuor amoureux : Doña Sol aime Hernani, qui l’aime en retour. Elle est cependant promise à un homme plus âgé qu’elle, son oncle Don Ruy Gomez de Silva. Et le roi Don Carlos est secrètement amoureux d’elle. Hernani est un noble banni et son père a été tué par la père de Don Carlos. Le roi, Hernani et l’oncle sont prêts à se battre pour avoir Doña Sol. Un combat oppose tout d’abord Hernani et Don Carlos : en pleine nuit, Doña Sol croit aller rejoindre son amant mais il s’agit en réalité du roi. Il désire l’enlever avant Hernani. Les deux hommes s’opposent en duel, Hernani gagne mais laisse la vie sauve au roi qui lance ses troupes à la recherche du jeune banni.

Ensuite, quelques semaines passent, le mariage de Doña Sol avec son oncle approche à grands pas. Peu de temps avant la cérémonie, Hernani entre dans le château, rejoint celle qu’il aime et dévoile son identité. Le futur époux les surprend et; malgré sa jalousie, décide de respecter la loi d’hospitalité qui oblige le propriétaire du lieu à protéger tous ceux qui vivent dans l’enceinte du château.

Quand le roi arrive furieux et réclame la tête d’Hernani, Don Ruy Gomez de Silva le protège. Le roi enlève ainsi Doña Sol. A la suite de quoi les deux hommes vont faire un pacte et s’allier pour tuer le roi, en sachant qu’Hernani met sa vie et son bras au service du maître de château. Et deux mois plus tard, le roi tout juste élu Empereur (Charles Quint) pardonne aux deux hommes et autorise le mariage des jeunes amants. Hernani révèle sa véritable identité et sa noblesse lui est rendue (il devient Don Juan d’Aragon). Pourtant, malgré l’amorce d’une fin heureuse, le pacte qui lie Don Juan d’Aragon à Don Ruy Gomez de Silva causera leur perte ainsi que celle de la femme qu’ils aiment. L’oncle exige le respect du pacte, c’est-à-dire la mort d’Hernani. Doña Sol, désespérée, s’empoisonne avec son amant. Son oncle, à présent seul, se poignarde.

Ensuite, comme je le disais en introduction, la bataille d’Hernani oppose les classicistes, les appuis de Charles X et les jeunes artistes romantiques accompagnés de personnalités comme Balzac, Dumas ou Berlioz. Cette bataille est esthétique et politique. Elle oppose ceux qu’on désigne comme les “réactionnaires” et les modernes. Le mouvement romantique apparaît comme opposé au régime en place et aux “vieilleries” littéraires des classicistes. Il s’agit d’un moment de triomphe de l’école romantique. Ce qui fera surtout scandale est le non respect de la règle des trois unités du théâtre classique, notamment de l’unité de lieu et de temps. “L’escalier dérobé” de la scène d’exposition en est un exemple parmi d’autres.

En quelques mots, Hernani signe la naissance d’un nouveau genre dramatique (le drame romantique) et la naissance du mouvement romantique. Ce mouvement qui prône le génie et la liberté d’écriture dans un cadre allégé en règles prend véritablement son essor à partir de ce soir-là et il se construit en opposition au “vieux” classicisme. Le caractère contestataire et libéré seront les essences du romantisme, un mouvement littéraire dont Victor Hugo a posé les bases en 1830.

Notre-Dame de Paris (1831)

Notre-Dame de Paris est un des romans les plus connus de Victor Hugo. Cette oeuvre inclassable est encore aujourd’hui une des oeuvres les plus lues en France et dans le monde.

Notre-Dame de Paris relate l’histoire de différents personnages aux destins entremêlés dans le Paris de 1482. La principale intrigue est amoureuse : Esmeralda, jeune bohémienne dansant sur le parvis de la cathédrale de Notre-Dame de Paris avec sa chèvre Djali, séduit les coeurs de Quasimodo (un bossu, sonneur de cloches à la cathédrale), de Claude Frollo (un homme d’Eglise très érudit qui a adopté Quasimodo lorsqu’il était bébé et rejeté par tous) et de Pierre Gringoire (un jeune poète misérable). Cependant, la jeune femme est tombée amoureuse du chevalier Phoebus. Claude Frollo, frustré et rongé par son désir pour Esmeralda, ira jusqu’aux actes les plus extrêmes pour la posséder : tenter de tuer Phoebus, l’accuser du meurtre et la faire enfermer, tenter de la violer et la faire condamner à mort. En revanche, Quasimodo sera son protecteur et la sauvera même de la pendaison la première fois. Pierre Gringoire, marié à Esmeralda pour échapper à la mort dans la Cour des Miracles, est amoureux d’elle mais l’abandonnera à la fin du roman. Elle finira pendue, enterrée dans un cimetière où on retrouvera son corps entrelacé à celui de Quasimodo.

Nous pouvons aussi évoquer les intrigues politiques et intellectuelles. En fond de ces histoires d’amour apparaît le Paris de 1482, une capitale tentaculaire dont l’architecture rappelle un labyrinthe. Le roi Louis XI est en passe de subir la révolte du peuple, de même qu’elle a historiquement eu lieu. Victor Hugo a prédit la prise de la cathédrale de Paris puis de la Bastille. Et enfin, l’auteur fait beaucoup de références au savoir et à l’avenir des monuments historiques. La phrase “Ceci tuera cela”, restée culte, est une réflexion sur les conséquences de l’imprimerie sur les monuments. Les livres viendraient à les remplacer.

Ainsi, une des caractéristiques marquantes de cette oeuvre est son caractère multigenre. Elle est romanesque, théâtrale (de nombreux acteurs sont mis en scène, comme lors du procès de Quasimodo), poétique (certains passages ressemblent à de la poésie en prose) et nous pouvons le qualifier d’essai (une réflexion tant politique qu’artistique y est menée). Une fois de plus, Victor Hugo s’illustre par son écriture libérée des règles et des codes du genre. Et c’est précisément ce qui fait la richesse de Notre-Dame de Paris.

Les Contemplations (1856) – recueil de poèmes

Les Contemplations est un recueil de poèmes publié treize ans après la mort de sa fille Léopoldine. Victor Hugo est en exil lorsqu’il publie ce recueil composé de 158 poèmes rédigés entre

A lire également : la vie et les œuvres de Jules Verne