faits historiques économiques SES

SES : Les faits économiques et historiques à connaître

Dans cet article, nous faisons le point avec toi sur les faits économiques et historiques à connaître pour l’épreuve de SES du baccalauréat. N’hésite pas à prendre quelques notes, cet article pourrait t’être très utile.

Pour décrocher la meilleure note au baccalauréat, il ne te suffira pas d’avoir appris ton cours par cœur, il te faudra également avoir une certaine culture générale économique. C’est pour cette raison que nous te présentons quelques points clés de l’histoire économique dans cet article.

Le mercantilisme

La pensée économique

Les idées qui se propagent entre le début du XVIème siècle et le XVIIIème siècle en Europe.

Cela se traduit par le mécanisme suivant : si le roi prend des mesures en faveur des marchands, ceux-là voudront exporter, ce qui va donc provoquer un excédent du commerce extérieur. Alors le stock d’or augmentera et donc le roi aura des recettes fiscales supplémentaires, cela assurera sa puissance politique.

L’application dans le temps

Le mercantilisme commercial anglais vise à mettre en place les conditions favorables à l’essor des exportations de l’Angleterre, par exemple : le Navigation Act 1651, tous les produits qui entrent ou sortent d’Angleterre doivent l’être sur des bateaux construits par les Anglais.

Dans le mercantilisme industriel français, l’État se fait entrepreneur, il crée les manufactures royales. On retrouve cette idée notamment sous Colbert avec par exemple la création de la Manufacture des Gobelins (1660).

Lire aussi : L’égalité des chances à l’école

Les physiocrates

Le nom commun physiocrate a été inventé par Dupont de Nemours. Il le crée en utilisant deux termes : physis (la nature) et kratos (la puissance, le pouvoir), dans le but de souligner le rôle essentiel de l’agriculture.

Cette école de pensée avait pour chef de file François Quesnay et un ensemble d’idées bien établies, plutôt libérales et qui reprennaient l’économie comme un circuit : les dépenses des uns sont les revenus des autres.

La théorie de la valeur

La théorie de la valeur des marchandises est le point commun fondamental à tous les classiques : la théorie de la valeur travail qui est formulée précisément par Smith et qui se concentre sur une question : comment se fixe la valeur d’un bien ? Il distingue deux valeurs :

  • La valeur d’usage : il s’agit de la valeur tirée de l’utilisation d’un bien, de la satisfaction, de l’utilité (mais certains ne voient pas la même utilité, elle est donc subjective, on ne peut pas expliquer la valeur des biens donc la valeur d’échange a été mise en place).
  • La valeur d’échange : il s’agit du pouvoir d’acquisition d’une marchandise vis à vis d’autres biens, quelle quantité du bien A contre le bien B ? C’est la base du système des prix relatifs. Comment comparer la valeur de deux biens différents ? Leur seul point commun : le travail qui a été nécessaire à leur fabrication.

Il s’appuie sur le paradoxe de l’eau et du diamant : le plus utile est l’eau donc elle devrait coûter plus cher et pourtant c’est bien le diamant qui coûte le plus cher. Il y a là un paradoxe. Le diamant est plus difficile à produire, il nécessite plus d’intervention humaine et de travail que l’eau alors il coûte plus cher.

Le diamant a une valeur d’usage décorative mais sa valeur d’échange est très élevée car il a nécessité beaucoup de travail pour le réaliser, c’est l’inverse pour l’eau.

La révolution industrielle

L’expression de révolution industrielle est polyvalente. On a coutume de parler des révolutions industrielles pour désigner des périodes d’accélération du progrès technique et de mise au point d’innovations décisives dans le domaine de la production et des échanges.

La première révolution industrielle

  • XIXe siècle
  • James Watt machine à vapeur 1769
  • Navette volante de James Kay 1733
  • Suzanne Berger, Notre première mondialisation (publié en 2003) : XIXème siècle = première mondialisation = accélérations des flux de biens et services + migration

La deuxième révolution industrielle

  • Commence en 1880
  • Latecomers
  • Associée à la mise au point du moteur électrique et du moteur à explosion
  • 1908 : 1ère automobile en grande série par Ford. Le premier à utiliser l’une des organisations préconisées par Taylor : OST ( visant à améliorer la productivité par une meilleure gestion et organisation du travail)
  • Effets de l’émergence du secteur automobile : effets d’entraînements de d’autres industries : production de la verrerie ( pares brises), de la chimie lourde ( caoutchouc synthétiques pr les autos), sur les activités de service ( comme réparation automobile, secteurs de dépannage, assurance auto, etc.)

La troisième révolution industrielle, les nouvelles technologies ?

  • NTIC : nouvelles technologies de l’information et de la communication
  • World wide web 1995 16 millions d’internautes en 1991 et 4 milliards en 2020, soit environ 61% de la population mondiale est dotée d’une connexion internet

Lire aussi : Les théories d’Adam Smith

Les temps forts de la croissance

La belle époque

  • 1873-1896 (krach de Vienne en 1873)
  • Taux de croissance d’environ 2,5% entre 1900 et 1913 car : second souffle des anciennes industries (l’acier remplace le fer car il est moins cher, progrès dans la chimie, extension de l’OST, etc.)
  • Développement de nouvelles activités comme l’électricité avec l’invention d’Edison datant de 1879 avec la lampe à incandescence + développement de l’automobile avec Ford en 1911
  • Latecomers : taux d’investissement forts, ex : Allemagne 18% en 1913
  • Retour du protectionnisme : tarif Méline en France 1882

Les années folles / Roaring Twenties aux États-Unis

  • 1909-1913
  • Croissance forte : gains de productivité et d’économies d’échelles grâce à la diffusion des OST et la loi d’Engel qui fait augmenter les investissements
  • Croissance fragile : domaine monétaire et financier instable Kindleberger (économiste américain)

Les trente glorieuses

  • 1945-1975 en France
  • OST
  • industrie
  • Croissance en général mais différent niveau selon les pays : Japon 4.6%, pays anglo-saxons 1.4%
  • Plein-emploi
  • Organisation internationale qui favorise les marchés : plan Marshall, OCDE dans les années 1960, FMI, GATT en 1947 puis OMC en 1995

Les dix glorieuses des États-Unis

  • Années 1990
  • Paradoxe de Solow : « on voit l’informatique partout sauf dans les statistiques de la productivité »

Les grandes crises économiques

Tu cherches plus d’informations sur ton orientation ? Des articles sur différents points du programme pour t’aider à décrocher la meilleure note au bac ? Rejoins la team Up2School Bac sur Instagram et TikTok !