Qui sont les nouveaux ministres de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur ?

La composition du nouveau gouvernement est désormais connue. Qui sont les ministres dont tu vas plus particulièrement entendre parler ces prochains mois/années car ils ont en charge des portefeuilles qui te concernent directement ? Voici les noms des ministres de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur prenant leurs fonctions ce 20 mai 2022 !

Elisabeth Borne, première ministre d’Emmanuel Macron depuis le 16 mai dernier, a nommé les ministres qui constituent son gouvernement à compter du 20 mai 2022. Les noms de tous les ministres qui le composent ont été rendus publics ce vendredi.

Pap Ndiaye nommé ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse

Pap Ndiaye prend la suite de Jean-Michel Blanquer et devient ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse (MEN). La passation entre les deux hommes a lieu ce vendredi 20 mai, à 18h. Cet historien, spécialiste des questions de l’immigration, est un ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud.

À 56 ans, Pap Ndiaye est désormais en charge de porter la suite de la réforme du lycée qui a tant fait parler d’elle ces 5 dernières années. On l’attend notamment sur la question de la place des maths dans le secondaire : va-t-il confirmer le retour de cette discipline dans le tronc commun des élèves de première à la rentrée prochaine ? Il aura aussi à réconcilier les enseignants avec un ministère dont ils sont nombreux à s’être éloignés, fâchés avec la figure de Jean-Michel Blanquer.

À noter : après avoir été rattaché quelque temps au ministère de l’Éducation nationale, le sujet des “sports” dispose de nouveau un ministère à part entière sous le gouvernement Borne. Le ministère des sports, des Jeux olympiques et paralympiques est, quant à lui, piloté par Amélie Oudéa-Castéra.

Sylvie Retailleau devient ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation

C’est une femme qui succède à une femme : à 57 ans, Sylvie Retailleau prend la suite de Frédérique Vidal à la tête du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI). Comme elle, Sylvie Retailleau est une figure de l’université. Après des études scientifiques, cette agrégée de sciences physiques et docteure en sciences est devenue physicienne. Enseignant-chercheur, elle présidait depuis 2020 l’université Paris-Saclay.

Ses principaux défis à la tête du ministère de l’Enseignement supérieur ? Répondre aux nombreuses attentes d’une jeunesse qui a souffert des conséquences du Covid à la fois sur les plans académiques et personnels. Les associations étudiantes, et avec elles de nombreux experts et observateurs, n’ont cessé d’alerter sur la dégradation des conditions de vie des étudiants.

Outre les aspects matériels (logement, pouvoir d’achat, etc.), Sylvie Retailleau devra s’emparer des questions plus techniques concernant les différentes réformes en cours, notamment celles des études de santé. C’est à elle qu’il reviendra aussi de dialoguer avec les universités et de travailler sur le sujet de l’insertion professionnelle.

Ensemble, les ministères, désormais pilotés par Sylvie Retailleau et Pap Ndiaye, vont continuer de travailler sur la thématique de l‘orientation et de la transition lycée/supérieur. Est-ce que le fonctionnement de Parcoursup sera impacté par ces nominations en 2023 ? Aucune information ne le laisse penser à ce stade, mais nous te tiendrons informé(e) !

Lire aussi : Le gouvernement Borne