Écoles d’ingénieurs en agronomie

Fondamentale pour améliorer les techniques de culture, assurer la sécurité alimentaire, répondre aux enjeux du développement durable, de la gestion des espaces ruraux et de la santé publique, l’agronomie joue un rôle clé dans la société actuelle. Découvre donc les écoles d’ingénieurs spécialisées en agronomie que tu pourrais rejoindre ! 

Le secteur de l’agronomie 

La croissance de la population mondiale, la diminution des surfaces agricoles, la dégradation des sols et le changement climatique sont autant de défis auxquels l’agriculture est confrontée. L’agriculture est donc à un moment charnière, d’autant plus qu’elle connaît une transition numérique et repose de plus en plus sur l’usage de l’informatique et de données précieuses sur les processus agricoles et les rendements. Ainsi, l’agriculture est au coeur des enjeux majeurs du XXIe siècle. 

L’agronomie consiste en l’étude scientifique de tous les processus concernant l’agriculture. Dans une école d’agronomie, tu étudieras donc, entre autres, les relations entre les plantes cultivées, le sol, le climat et les techniques de culture. Mais pour comprendre tous les enjeux de l’agriculture, des populations et des terres qui lui sont liées, il est nécessaire d’étudier à la fois les sciences exactes et naturelles, mais aussi économiques et sociales. Intégrant de nombreuses dimensions, l’agronomie est un domaine d’étude passionnant. 

Les écoles d’ingénieurs en agronomie 

AGROCAMPUS OUEST. La vocation d’AGROCAMPUS OUEST est de « former des professionnels du vivant, managers engagés et citoyens du monde. » L’école résultant de la fusion de l’Agrocampus Rennes et de l’INH, en 2008, délivre quatre formations, les trois dernières étant proposées en alternance : ingénieur agronome, ingénieur en agroalimentaire, ingénieur en horticulture et ingénieur en paysage. L’école est accessible non seulement après une classe préparatoire, un BTS, un DUT, une licence générale ou professionnelle mais aussi directement après le bac. AGROCAMPUS OUEST dispose de trois campus : celui de Rennes, spécialisé en agronomie et agroalimentaire, celui d’Angers, pour les spécialisations en horticulture et en paysage, et enfin celui de Beg-Meil, dédié à l’enseignement technique. 

AgroParisTech. Perçu comme un établissement de référence dans les sciences du vivant, AgroParisTech propose un cursus ingénieur en trois ans. La première année, composée d’enseignements transversaux, se déroule sur le campus de Grignon, véritable ferme expérimentale. Les deux années restantes permettent de construire leur parcours de formation et de choisir des domaines d’approfondissement en agronomie. La pédagogie est fondée sur la pratique, au travers notamment de travaux réalisés en laboratoire ou sur le terrain, de nombreuses mises en situation et de stages. Les 2 300 apprenants annuels de l’école sont répartis sur les 10 campus dont dispose l’école. 

AgroSup DijonNé du regroupement de l’établissement national d’enseignement supérieur agronomique de Dijon et l’école nationale supérieure de biologie appliquée à la nutrition et à l’alimentation, AgroSup Dijon a été créée en 2009. L’école propose deux spécialités d’ingénieurs, en agronomie et en agroalimentaire. Elle recrute aussi bien après le bac qu’après une classe préparatoire. Tu vivras une véritable expérience étudiante sur le campus dijonnais Épicure. 

Bordeaux Sciences Agro. L’école Bordeaux Sciences Agro a pour objectif de former des ingénieurs capables non seulement d’accompagner les transformations des secteurs de l’agriculture et de l’alimentation, mais également d’être les véritables acteurs de ces changements. L’école dispense des formations initiales, continues et par apprentissage du niveau bac+3 au niveau bac+6 permettant d’accéder à des emplois sur toute la filière du vivant. L’école bordelaise se distingue néanmoins dans la viticulture. 

ENSAIA. L’agronomie, l’industrie alimentaire et la production agroalimentaire sont les trois domaines dans lesquels excelle l’École Nationale Supérieure d’Agronomie et des Industries Alimentaires de Nancy. L’école mise sur la professionnalisation des étudiants avec des stages obligatoires dès la première année – une troisième année pouvant être réalisée en alternance -, un forum d’entreprises annuel et des tables rondes thématiques. Non loin de Nancy, les locaux de l’ENSAIA sont situés sur le campus universitaire de Vandœuvre-lès-Nancy. 

ENSFEA. Fondée en 1963, l’ENSFEA vise à former des enseignants et des CPE pour les établissements de l’enseignement technique agricole. L’école met son expertise au service de la production de ressources pédagogiques et accompagne les évolutions de l’enseignement technique agricole. Cet établissement public d’enseignement supérieur agricole relève du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation (MAA). L’École Nationale Supérieure de Formation de l’Enseignement Agricole se trouve à une dizaine de kilomètres du centre-ville de Toulouse. 

ESA. L’ESA forme des ingénieurs aux compétences très complètes : du microscopique jusqu’à l’environnement dans sa globalité. Les diplômés évoluent tant dans la production agricole que dans l’aménagement des espaces de vie. L’ESA délivre donc une formation complète pour faire face aux défis de notre siècle. L’ESA accueille ses étudiants dans un campus moderne et verdoyant à Angers. 

ISA Lille. Proposant un cursus d’ingénieur en cinq ans après le bac ou en trois ans après une classe préparatoire, l’ISA Lille forme des ingénieurs spécialisés dans les sciences du vivant. Les formations ont trait à l’agriculture, l’agroalimentaire et l’environnement. L’ISA Lille est situé au cœur de l’Université Catholique de Lille, concentrant de nombreuses facultés, Grandes Écoles et instituts, ainsi que des équipes de recherche. 

ISARA Lyon. L’ISARA propose aux bacheliers un cursus ingénieur en cinq ou aux préparationnaires un cursus en trois ans. Le programme est axé sur l’agronomie, l’environnement et l’alimentation. C’est sur le dernier axe que l’ISARA Lyon se distingue, grâce à sa maîtrise des sujets liés à l’alimentation. L’ISARA Lyon se trouve sur le site AGRAPOLE et bénéficie ainsi de la proximité avec une cinquantaine d’institutions du monde agricole et agroalimentaire. 

Montpellier SupAgro. L’Institut national d’études supérieures agronomiques de Montpellier est un établissement spécialisé dans l’agronomie délivrant un brevet professionnel agricole, des licences professionnelles, un parcours ingénieur des MS, un doctorat et même le diplôme national d’œnologue ! Les locaux de l’école sont sur le campus de la Gaillarde, non loin du centre historique de Montpellier. 

Polytech Lille. Polytech Lille résulte de la fusion opérée entre l’école universitaire d’ingénieurs de Lille (EUDIL), l’institut agricole et alimentaire de Lille (IAAL) et l’école d’ingénieurs d’exploitation des systèmes de production (IESP). Appartenant au réseau Polytech, l’école se distingue avec l’une des spécialités phare en « génie biologique et alimentaire ». Elle est accessible après le bac ou après une prépa. Polytech Lille est présente sur le campus de l’Université de Lille Sciences et Technologies de Villeneuve d’Ascq. 

Toulouse INP – ENSAT. Composante de l’INP Toulouse, l’ENSAT vise à former des ingénieurs agronomes. Après deux années de tronc commun, la troisième et dernière année du cursus ingénieur est consacrée à la spécialisation que tu auras choisie parmi les neuf choix proposés. Le site principal de l’école est situé avenue de l’Agrobiopole à Auzeville-Tolosane. 

Toulouse INP – EI Purpan. L’école d’ingénieurs de Purpan (EI Purpan) a pour ambition de former des ingénieurs généralistes dans les secteurs de l’agroalimentaire, de l’agriculture, des sciences du vivant, du marketing et du management. L’école met l’accent sur la professionnalisation des étudiants en leur offrant des relations étroites avec les entreprises et en leur proposant des stages et des expériences internationales. Le campus, affichant une grande modernité, est implanté au cœur de Toulouse, tandis que le domaine agricole de Lamothe offre aux étudiants une véritable immersion dans la réalité du terrain. 

UniLaSalle. L’école d’ingénieurs en agronomie UniLaSalle est accessible dès l’obtention du baccalauréat ou après une classe préparatoire. Afin d’acquérir des connaissances pointues dans un domaine, les étudiants choisissent une spécialisation parmi les quatre suivantes : agronomie et agro-industries, sciences de la terre et de l’environnement (géosciences), alimentation et santé, environnement et génie industriel. L’école dispose trois campus à Beauvais, Rouen et Rennes. 

Les diverses spécialisations en agronomie

En règle générale, les enseignements des premières années sont transversaux et communs pour tous les étudiants. Dans la plupart des écoles d’ingénieurs en agronomie, on retrouve les matières suivantes : sciences de l’ingénieur (notamment statistiques, biométrie, informatique, physique), sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage, sciences humaines et sociales (économie, géographie, sociologie), langues vivantes 1 et 2. 

En ce qui concerne les spécialisations ou les dominantes d’approfondissement pour la ou les dernière(s) année(s), celles-ci varient en fonction des écoles. On peut citer par exemple : les ressources agricoles et forestières, la transformation agro-industrielle, les biotechnologies, le développement agricole, innovation et performances des entreprises du vivant, ingénierie de l’environnement (eau, déchets et aménagements durables), ingénierie des espaces végétalisés urbains, protection des plantes et environnement, horticulture et paysage. 

Intégrer une école d’ingénieurs en agronomie 

Il existe de divers moyens d’intégrer les écoles d’ingénieurs en agronomie. Certaines écoles sont accessibles dès l’obtention du baccalauréat avec une sélection sur dossier (suivie éventuellement d’un entretien de motivation). 

La plupart des écoles accueillent des étudiants détenteurs d’un BTS agricole ou à contenu scientifique et biologique, d’un DUT génie biologique ou agronomie, d’une licence pro ou encore des étudiants en PACES. 

Les classes préparatoires BCPST (biologie, chimie, physique et sciences de la Terre) et TB (technologie et biologie) permettent aussi d’intégrer une école d’ingénieurs en agronomie à l’issue des concours. 

Les débouchés après une école d’ingénieurs en agronomie

Tout comme les spécialisations possibles, les débouchés sont nombreux après une école d’ingénieurs en agronomie. 

L’industrie agroalimentaire attire une grande partie des diplômés en agronomie. Au sein de cette industrie, ils peuvent exercer de nombreux métiers, qu’ils soient liés à la R&D (recherche et développement), à la production industrielle, mais aussi à la qualité et au contrôle, au commerce ou marketing, ou encore aux achats et à l’approvisionnement. 

La capacité des diplômés d’écoles d’ingénieurs en agronomie à mener des missions d’étude et des projets fait d’eux une aide précieuse au sein de sociétés de service et d’organisations professionnelles agricoles. Les diplômés se tournent aussi vers le secteur du commerce et de la distribution, en coopératives, supermarchés ou encore en centrales d’achats. Là aussi ils peuvent exercer de nombreuses fonctions, comme du marketing, de la qualité ou du contrôle par exemple.

Les étudiants désireux de faire de la recherche ou de l’enseignement en ont également la possibilité. Enfin, d’autres débouchés répandus sont le secteur de l’aménagement, de l’environnement et du paysage, de la production agricole, les administrations et l’agrofourniture.