Écoles d’ingénieurs généralistes

Ouvrant les portes de divers cœurs de métiers, les écoles d’ingénieurs généralistes sont très prisées par les étudiants. En école d’ingénieurs généraliste, tu seras confronté à des problématiques concrètes, grâce à un pédagogie majoritairement par projet, te permettant d’être rapidement opérationnel lors de ton entrée sur le marché du travail. 

Les spécificités des écoles d’ingénieurs généralistes

De plus en plus plébiscitée par les étudiants issus de classes préparatoires ou d’admissions parallèles, cette formation enrichira non seulement tes connaissances scientifiques, mais te préparera également à l’entrée dans le monde professionnel. En effet, tu réaliseras de nombreux projets de groupes et nombreux stages, tu assisteras également à plusieurs rencontres avec des professionnels.

Bien qu’elles soient généralistes, ces écoles d’ingénieurs te proposent tout de même de te spécialiser dans différents secteurs au cours des dernières années de formation. Les principales majeures que l’on retrouve dans beaucoup d’écoles d’ingénieurs généralistes sont data science, environnement, énergie, transports et finance. 

Certaines écoles généralistes ont des domaines de prédilection dans lesquels elles excellent. On peut citer par exemple CentraleSupélec, qui est réputée pour ses spécialisations en transport, urbanisme et mathématiques. De même, l’École des Ponts ParisTech propose des formations de pointe dans le secteur du BTP ou de l’urbanisme. Quant à l’école des Mines Nancy, elle se distingue par ses spécialisations d’excellence en énergie et en informatique. 

Les écoles d’ingénieurs généralistes

Sur les 200 écoles d’ingénieurs accréditées par la CTI (Commission du titre d’ingénieur), nombreuses sont celles qui se revendiquent généralistes. Ainsi, nous avons fait le choix de te présenter les écoles d’ingénieurs généralistes les plus réputées.

Arts et Métiers ParisTech. Arts et Métiers ParisTech s’attache à former des ingénieurs spécialistes des technologies durables, capables de concevoir des produits et systèmes respectueux de l’environnement, pour contribuer à la résolution des défis actuels. L’école offre plusieurs spécialisations, dont la mécanique et le génie industriel. Elle compte huit campus et trois instituts en France. 

Centrale Lille Institut. Son ambition est de faire émerger les talents de ses étudiants grâce à la personnalisation du parcours et la possibilité de construire sa formation parmi un vaste choix d’électifs. Parmi les quatre écoles présentes au sein de ce groupement, on retrouve : l’École Centrale de Lille pour la formation généraliste, l’ENSCL pour la formation des ingénieurs chimistes, l’ITEEM pour la formation des ingénieurs managers entrepreneurs et enfin l’IG2I pour la formation des ingénieurs en génie informatique et industriel. 

Centrale Marseille. L’école d’ingénieurs généraliste Centrale Marseille accorde une importance toute particulière à l’apprentissage interactif laissant la place à la créativité et à l’innovation. La décision d’accueillir le Marseille Creativity Center en son sein témoigne de l’accent mis sur l’innovation. En termes de spécialisations, on peut constater que les diplômés de Centrale Marseille travaillent majoritairement dans le secteur de l’énergie, dans le BTP, les bureaux d’études et les sociétés de conseil. 

Centrale Nantes. L’école se distingue sur deux axes. D’une part, elle offre un parcours flexible aux étudiants, qui ont le choix parmi 22 options. D’autre part, l’école d’ingénieurs généraliste se différencie en misant sur l’innovation. Le campus de Centrale Nantes est implanté au cœur du quartier des facultés de Nantes, face à Audencia Business School avec laquelle elle a créé plusieurs doubles-diplômes.

CentraleSupélec. Née de la fusion entre l’École Centrale Paris et Supélec, en 2015, dans l’optique de se compléter dans leurs domaines de recherche respectifs, CentraleSupélec couvre désormais l’ensemble des sciences de l’ingénierie et des systèmes. L’école présente à Paris-Saclay, Metz et Rennes défend des valeurs d’excellence, d’innovation et d’entrepreneuriat et permet à chacun de ses élèves de construire lui-même son parcours de formation au regard de son projet professionnel.  

École Centrale de Lyon. L’École Centrale de Lyon entend former des ingénieurs généralistes, ouverts sur le monde et ouverts d’esprit grâce à une exposition à l’international et au monde de l’entreprise complétant une formation scientifique et technique d’excellence. Les sciences humaines et sociales, la maîtrise de deux, voire trois langues vivantes, et les électifs variés proposés participent à l’élargissement des perspectives des étudiants. Ses locaux sont situés à Ecully, en banlieue ouest de Lyon, à proximité de l’Institut Paul Bocuse et d’emlyon business school.

École des Ponts ParisTech.  Fondée en 1747, l’École des Ponts ParisTech est la plus ancienne école d’ingénieurs au monde et la première Grande École française. Elle reste aujourd’hui l’une des écoles d’ingénieurs les plus prestigieuses. Cette école généraliste se démarque en termes de génie civil, d’urbanisme et de BTP. Le campus dédié à la formation d’ingénieurs se trouve à la Cité Descartes, à Champs-sur-Marne. 

École Polytechnique. Réputée comme la meilleure école d’ingénieurs de France, l’École Polytechnique offre non seulement une excellente formation scientifique, mais également une solide formation pluridisciplinaire et humaine. Cette école militaire, donnant le statut militaire d’officier aux étudiants durant leur scolarité, est située à Palaiseau au cœur du pôle technologique Paris-Saclay. 

ENSTA Paris. Cette école d’ingénieurs généraliste propose des formations de qualité dans des domaines aussi variés que l’industrie automobile, navale ou ferroviaire, l’énergie nucléaire, l’environnement, l’océanographie, la robotique ou les énergies marines renouvelables. Plus de 50% des diplômés travaillent dans la recherche ou les bureaux d’études pour ensuite superviser des projets d’envergure. ENSTA Paris se situe sur le campus de l’École Polytechnique à Palaiseau. L’école fait partie du réseau IP-Paris, ou Institut Polytechnique de Paris, avec l’X.

INSA Toulouse. Le cursus ingénieur de cinq ans de l’école d’ingénieurs post-bac de l’INSA Toulouse se décompose comme suit : après quatre années généralistes, huit spécialisations sont au choix en dernière année (Génies des procédés et environnement, Génie biologique, Génie civil, Génie mécanique, Automatique – électronique, Génie physique, Informatique et réseaux, Mathématiques applicables). Il est possible d’intégrer l’institut en première, deuxième, troisième ou quatrième année. Le campus se situe sur le complexe scientifique de Rangeuil, à quelques kilomètres du centre-ville de Toulouse.

Mines Nancy. Mines Nancy est une école d’ingénieurs généraliste, excellant dans divers domaines comme l’énergie, l’informatique ou encore les géo-ingénieries. Elle offre un parcours personnalisé unique avec plus de 400 cours au choix et 11 parcours possibles. 

MINES ParisTech. MINES ParisTech a pour ambition de former une nouvelle génération de chercheurs, d’ingénieurs et d’entrepreneurs, ouverts à la pluridisciplinarité et à l’innovation et capables de résoudre des problèmes complexes dans des champs très variés. L’école est implantée à Paris, Fontainebleau, Évry, Sophia Antipolis et Palaiseau. En outre, l’établissement fait partie du réseau ParisTech qui regroupe d’autres écoles d’ingénieurs comme AgroParisTech, Arts et Métiers ParisTech ou l’École des Ponts ParisTech. En outre, l’établissement fait également partie de l’Université PSL qui comprend, entre autres, l’ENSAD, l’Université Paris-Dauphine ou encore l’ENS.

Mines Saint-Étienne. L’école délivre une formation d’ingénieurs généraliste, avec toutefois une forte orientation vers le génie industriel. Mines Saint-Étienne est rattachée à l’Institut Mines-Télécom et dépend du Ministère en charge de l’industrie. Ses locaux sont très proche du centre-ville de Saint-Étienne. 

UTC. À mi-chemin entre l’université et l’école d’ingénieurs, l’UTC (ou Université Technologique de Compiègne) se donne pour mission de former des étudiants capables de maîtriser les interactions entre la technologie et l’homme, évoluer dans un environnement mondial et conduire des projets innovants dans les domaines de l’industrie et de la recherche. Les deux premières années comportent les enseignements du tronc commun et les étudiants ont ensuite la possibilité de choisir leur spécialisation, que ce soit en génie biologique, génie urbain, mécanique, etc. Son campus est situé à Compiègne. 

UTT. Lors des deux premières années à l’Université de Technologies de Troyes, tu suivras un enseignement généraliste, puis tu pourras te spécialiser pendant trois ans dans l’un des sept domaines d’expertise de l’UTT : Génie industriel, Génie mécanique, Informatique et systèmes d’information, Réseaux et télécommunications, Matériaux – technologies et économie, Automatique & informatique industrielle, Matériaux et mécanique.

Intégrer une école d’ingénieurs généraliste  

Dès l’obtention de ton baccalauréat, tu peux rejoindre une grande école d’ingénieurs généraliste si celle-ci propose une prépa intégrée ou un cursus en cinq ans, à l’instar de l’INSA Toulouse.

La classe préparatoire reste toujours la voie considérée comme royale pour intégrer une Grande École d’ingénieurs généraliste. Les classes préparatoires concernées sont MPSI (maths, physique et science de l’ingénieur), PC (physique, chimie et science de l’ingénieur), PSI (physique et science de l’ingénieur), PT et PSI. Cependant, la voie à choisir varie selon les écoles en fonction de leur statut et leurs spécificités.

Il est également possible d’intégrer ces Grandes Écoles en admission sur titre ou en admissions parallèles, mais les conditions d’accès dépendent de chaque école.

Les débouchés d’une école d’ingénieurs généraliste 

Bien que les débouchés dépendent de la spécialisation choisie, les écoles d’ingénieurs généralistes ont l’avantage de t’ouvrir un grand nombre de portes pour ta carrière future. 

Selon l’enquête de la Conférence des Grandes Écoles sur l’insertion des diplômés des Grandes Écoles, 30% des étudiants des écoles d’ingénieurs se tournent vers des sociétés de conseil ou d’ingénierie ou des bureaux d’études indépendants. Le salaire brut annuel moyen des jeunes diplômés de ce secteur est d’environ 35 100€ brut. 

Le second secteur de prédilection des étudiants d’écoles d’ingénieurs est celui des activités informatiques et services d’information (TIC Services), regroupant environ 16% des jeunes diplômés. Leur salaire brut annuel moyen s’élève à environ 36 200€ brut. 

Vient ensuite le secteur du BTP, qui attire 7% des jeunes diplômés d’écoles d’ingénieurs généralistes, pour un salaire brut annuel moyen de 35 500€ environ. Suivent l’industrie automobile, aéronautique, navale, ferroviaire, puis l’industrie agroalimentaire, et l’énergie. Parmi les autres secteurs d’activités recrutant des diplômés d’école d’ingénieurs, on peut citer celui de la finance et l’assurance, de la recherche ainsi que de la R&D.

En termes de taux d’insertion, les chiffres ont de quoi faire pâlir. En 2019, le taux d’emploi net des diplômés d’écoles d’ingénieurs de la CGE en 2018 s’élevait à 91,2%.