Commenter la ponctuation au bac de français

Dans un commentaire de texte, il ne faut jamais oublier de commenter la ponctuation au bac de français ! C’est très important. Et en guise de premier conseil, n’oubliez pas également d’utiliser les termes précis : ne pas dire “la phrase se termine par un point d’exclamation. Cela souligne le désarroi du personnage”, mais “Les phrases exclamatives aux lignes n traduisent le désarroi du personnage.”

Commenter la ponctuation : le point d’exclamation

La définition

Les phrases exclamatives sont utilisées dans de nombreux genres et mouvements littéraires. Elles servent à exprimer des émotions fortes comme la joie, la tristesse, la peine ou la peur. Il est donc nécessaire de les identifier et de les commenter.

Un exemple de ponctuation à commenter

« Ah ! Seigneur, que le ciel, j’ose ici l’attester,
De cette loi commune a voulu m’excepter !
Qu’un soin bien différent me trouble et me dévore ! »

Phèdre, Jean Racine, 1677

Cette tirade aurait eu bien moins d’impact si Jean Racine avait utilisé un point au lieu d’un point d’exclamation. Héroïne tragique, en proie à son destin, Phèdre, implore ici le ciel dans un cri de souffrance, renforcé par l’utilisation de l’interjection « Ah ! » et des exclamatives.

Commenter la ponctuation : le point d’interrogation

La définition

Les phrases interrogatives sont également utilisées dans de nombreux genres et mouvements littéraires. Un grand classique à commenter dans de nombreux textes argumentatifs est la question rhétorique, une figure de style qui consiste à poser une question n’attendant pas de réponse.

Un exemple de ponctuation à commenter

« Quoi ? Tu veux qu’on se lie à demeurer au premier objet qui nous prend, qu’on renonce au monde pour lui et qu’on n’ait plus d’yeux pour personne ? »

Dom Juan, Molière, 1665

Dom Juan essaye de convaincre ici Sganarelle. L’utilisation d’une question pronominale (utilisation uniquement du pronom interrogatif « quoi ») souligne l’indignation de Dom Juan face aux arguments avancés par Sganarelle. L’utilisation de la deuxième personne du singulier « tu » et du pronom personnel indéfini à la troisième personne « on » permettent à Don Juan de créer une relation de complicité avec son locuteur – la question rhétorique a ici d’autant plus d’impact sur Sganarelle que Don Juan le prend à part.

 

Un deuxième exemple de ponctuation à commenter

« Mais les hommes conservent-ils de la passion dans ces engagements éternels ? »,

Princesse de Clèves, Madame de Scudéry, 1678

La question rhétorique introduite par la conjonction de coordination « mais » s’inscrit ici dans un discours argumenté. L’utilisation de l’article défini « les » et du présent à valeur de vérité générale « conservent » renforce l’effet de la question rhétorique et rend l’argument d’autant plus certain.

Une distinction utile pour commenter la ponctuation

On pourrait également distinguer deux autres interrogatives : les questions fermées et les questions ouvertes.

  • Aux questions fermées on ne peut répondre que par une réponse préétablie. Là, encore, les questions fermées peuvent être utilisées pour convaincre ou persuader, en incitant par exemple le locuteur à apporter une réponse attendue à une question.
  • A une question ouverte en revanche, il est possible de répondre tout ce qu’on veut.

Commenter la ponctuation : le point

La phrase déclarative sert à exprimer une opinion, une information, une pensée, etc … Il faut rarement la commenter en tant que telle – dire qu’une phrase est déclarative importe généralement peu. En revanche, il existe plusieurs formes de phrases déclaratives.

Des phrases longues

Une phrase déclarative longue permet d’appuyer un effet d’exagération.

Un exemple de ponctuation à commenter

« Mais en ouvrant une telle boîte, vous auriez trouvé au-dedans un céleste et inappréciable ingrédient : une intelligence plus qu’humaine, une force d’âme prodigieuse, un invincible courage, une sobriété sans égale, une incontestable sérénité, une parfaite fermeté, un incroyable détachement envers tout ce pour quoi les humains s’appliquent tant à veiller, courir, travailler, naviguer et guerroyer. »

Gargantua, Rabelais, 1534

Cette phrase longue rallongée par de nombreuses énumérations renforce la description hyperbolique de la boîte et rend son contenu d’autant plus extraordinaire.

 

Un deuxième exemple de ponctuation à commenter

« Ici des vieillards criblés de coups regardaient mourir leurs femmes égorgées, qui tenaient leurs enfants à leurs mamelles sanglantes ; là des filles éventrées après avoir assouvi les besoins naturels de quelques héros rendaient les derniers soupirs ; d’autres, à demi brûlées, criaient qu’on achevât de leur donner la mort. »

Candide, Voltaire, 1759

Cette phrase longue renforce le pathétique de la scène. Grâce au parallélisme de construction, produit notamment par la succession de propositions indépendantes juxtaposées introduites par des adverbes de lieu, un tableau sanglant se dessine sous nos yeux.

 

Petit rappel sur les commentaires de la ponctuation

Une phrase longue est souvent une phrase complexe, c’est à dire une phrase qui est composée d’une proposition principale et de plusieurs propositions subordonnées. On distingue :

  • Les propositions subordonnées relatives : introduites par un pronom relatif qui donnent des informations sur un nom.
  • Les propositions subordonnées conjonctives :
  • Complétives : introduites par la locution conjonctive « que » qui complètent un verbe de déclaration, de perception, de pensée ou de sentiment (Je sais ce que tu as fait)
  • Circonstancielles : expriment les circonstances de l’action (Peut-être m’aimerez-vous moins quand nous nous connaîtrons mieux, Marivaux).

 

Des phrases courtes

Une succession de phrases déclaratives courtes permet en revanche d’accélérer la narration.

 

La phrase nominale

Un exemple de phrase courte, la phrase nominale : la phrase nominale ne contient pas de verbe, elle est employée pour des événements qui se précipitent ou encore pour mettre en avant des termes clés.

Un exemple de ponctuation à commenter

« Premier voyage, New York »,

Pâques à New York, Cendrars, 1912

La phrase nominale permet ici de mettre en avant New York. Le lecteur a l’impression de faire face à un arrêt sur image.

Commenter une ponctuation : la virgule

La définition

La virgule est souvent utilisée dans de longues énumérations. Elle permet de marquer une pause et une respiration.

 

Un exemple de la ponctuation à commenter

« Ce qu’est le coeur de Simon Limbres, ce coeur humain, depuis que sa cadence s’est accélérée à l’instant de la naissance quand d’autres coeurs au-dehors accéléraient de même, saluant l’événement, ce qu’est ce coeur, ce qui l’a fait bondir, vomir, grossir, valser léger comme une plume ou peser comme une pierre, ce qui l’a étourdi, ce qui l’a fait fondre – l’amour ; ce qu’est le coeur de Simon Limbres, ce qu’il a filtré, enregistré, archivé, boîte noire d’un corps de vingt ans, personne ne le sait au juste, seule une image en mouvement créée par ultrason pourrait en renvoyer l’écho, (… – l’énumération continue sur 15 lignes encore) »

Réparer les vivants, Maylis de Kerangal, 2013

Ici, l’incipit du roman sert à présenter le personnage principal, le cœur de Simon Limbres. L’utilisation de virgules dans une phrase très longue composée de nombreuses propositions juxtaposées rappelle le rythme du cœur. La forme syntaxique permet ainsi d’une façon très imagée de mettre décrire les battements de cœur.

Les autres signes de ponctuation à commenter

D’autres signes de ponctuation méritent bien sûr toute votre attention lors des commentaires des textes: le point virgule (qui a une fonction similaire à la virgule), les deux points (qui permettent d’expliciter et de développer une pensée) ou encore les points de suspension (qui prolongent une énumération et ont souvent une fonction hyperbolique).

 

N’oubliez pas de bien y faire attention lors de vos commentaires et surtout n’hésitez pas à revoir la méthodologie du commentaire de texte disponible ici.