Grand représentant de la tragédie classique, Jean Racine est un dramaturge incontournable. Voici un bref résumé de ses principales oeuvres et une courte biographie.

La vie de Racine

Racine est un poète et dramaturge français, qui a reçu une éducation janséniste austère à Port-Royal ; il y découvre la littérature grecque dont les thèmes inspireront la très grande majorité de son œuvre.

Mais, parce qu’il a choisi la voie du théâtre que les jansénistes condamnent pour sa débauche et son caractère immoral, Racine doit rompre avec ses anciens maîtres. Dès son arrivée à la cour, il est très vite présenté à Louis XIV et devient, à Versailles, le rival de Corneille.

Ses pièces connaissent de grands succès et consacrent Racine comme un maître de la tragédie classique. A la fin de sa vie, il se tourne vers l’écriture de pièces d’inspiration biblique avec Athalie et Esther, sur commande de Madame de Maintenant qui les destine aux jeunes filles de la Maison Royale d’Education de Saint-Cyr.

L’oeuvre de Racine

Parmi sa dizaine de tragédies, on citera Andromaque (1667), Britannicus (1669), Bérénice (1670), Iphigénie (1674) et Phèdre (1677).

Andromaque (1677) – Tragédie en vers et en 5 actes.

Andromaque, veuve d’Hector après la Guerre de Troie, est la captive du Grec Pyrrhus dont le père, Achille, a tué Hector. Un quatuor amoureux impossible se dessine : Pyrrhus, qui doit épouser Hermione, aime Andromaque qui le hait ; Hermione qui aime Pyrrhus est aimée par Oreste que tous délaissent. Mais Pyrrhus, lassé des refus d’Andromaque, menace de la livrer à Agamemnon ; pour protéger son fils, elle finit par accepter ce mariage forcé. Hermione, blessée et jalouse, promet à Oreste de l’épouser s’il la venge en tuant Pyrrhus. Oreste accomplit sa mission de bras vengeur, mais Hermione, ne supportant pas la mort de son amant, le rejette et se suicide.

Cette pièce est l’exemple type de la tragédie classique : écrite en alexandrin et découpée en cinq actes, elle respecte parfaitement la règle des trois unités.

  • Unité de temps : la pièce ne dure qu’une seule journée
  • Unité de lieu : l’action se passe tout le long dans la maison de Pyrrhus
  • Unité d’action : l’intrigue est unique et interroge la résolution de ce quatuor amoureux impossible.

Phèdre (1677) – Tragédie en vers et en 5 actes.

Phèdre aime secrètement le fils de son mari, Hippolyte. Croyant son mari mort en mer et sur les conseils d’Œnone, sa nourrice et suivante, elle avoue à son beau-fils cet amour incestueux.

Or, Thésée, son mari, revient par miracle. Pour la protéger du déshonneur, Œnone conseille alors à Phèdre de prétendre que cette amour coupable est le fait d’Hippolyte. Pris de rage, Thésée chasse son fils et implore Neptune de le venger : quelques heures après, Hippolyte meurt au combat, tué par un monstre marin.

En apprenant sa mort, désespérée et prise de remords, Phèdre se suicide, après avoir avoué à Thésée l’innocence d’Hippolyte.

La scène 6 de l’acte V illustre parfaitement le principe de bienséance tel qu’il est mis en œuvre dans la tragédie classique : pour ne pas représenter la violence sur scène, la mort d’Hippolyte n’est représentée qu’à travers le récit qu’en fait Théramène, son gouverneur. Il s’agit là d’une scène canonique, qu’on ne peut que vous conseiller de lire afin de comprendre véritablement les codes du théâtre classique.

N’hésitez pas à consulter nos autres fiches sur les auteurs pour préparer au mieux votre épreuve.