CV, lettre de motivation et entretien : nos conseils pour décrocher un job

Avoir un petit boulot peut être un bon plan pour te faire un peu d’argent de poche, payer ton permis de conduire ou encore économiser pour tes études supérieures. Plus encore, il s’agit même d’une expérience professionnelle à valoriser dans la procédure Parcoursup  (et en particulier la rubrique « Vos activités et centres d’intérêt »).

Tu t’es décidé à chercher un job, mais tu ne sais pas trop comment t’y prendre ? Ça tombe bien, Major Bac t’aide dans cette quête du Graal. Voici nos meilleurs conseils pour rédiger un CV en or, écrire une lettre de motivation convaincante et réussir ton entretien d’embauche.

 

Rédiger un bon CV (curriculum vitae)

Le CV constitue la première étape de toute candidature pour un petit boulot ou pour un emploi à plus long terme. C’est un document très important, car il regroupe et synthétise les expériences académiques et extrascolaires que tu as eues jusque là. Il permet aussi d’évoquer les compétences que tu as pu développer.

Pour le dire autrement, c’est une sorte de carte d’identité professionnelle et personnelle. Il faut bien avoir en tête que le CV est consulté par tous les recruteurs, sans exception ! D’ailleurs, sache que ton futur patron va certainement recevoir une pile de CV : il devra donc procéder à une première sélection parmi les candidats.

Que faire alors pour que ton CV soit dans la pile des candidatures retenues ? Voici nos cinq conseils.

 

#1 – Organiser son document

Ton CV doit être clairement structuré, autrement il ne sera pas très « efficace ». Nous te conseillons de diviser ton CV en quatre ou cinq parties, selon ton cas. Organise ces différentes fractions de façon chronologique. On doit donc pouvoir trouver sur ton CV les thématiques suivantes :

– Formation : tu y indiques les établissements scolaires fréquentés ainsi que les villes, les dates de présence et le(s) diplôme(s) obtenu(s).

– Expériences professionnelles : si tu en as déjà eu, mentionne le poste occupé et les fonctions remplies, le nom et le lieu de l’entreprise, sans oublier les dates de l’expérience.

– Engagements : c’est l’endroit du CV dans lequel tu peux parler d’une éventuelle participation à divers projets (scoutisme, bénévolat, rôle associatif, etc.). N’oublie pas d’indiquer le rôle que tu as eu et les actions que tu as menées.

– Centres d’intérêt : évoque ce que tu aimes faire (musique, sport, art, voyage, cuisine, informatique, etc.) et le niveau ou la fréquence.

– Compétences : tu dois y indiquer les langues que tu pratiques et le niveau de (débutant, intermédiaire, courant ou bilingue). Note aussi les logiciels informatiques et bureautiques que tu maîtrises.

Ce regroupement en différentes thématiques permet au recruteur d’en savoir plus sur ton passé tout en essayant de voir ce que tu vas pouvoir apporter à son entreprise ou à sa structure.

N’oublie pas non plus d’indiquer tes coordonnées (nom, prénom, âge ou date de naissance, adresse mail, numéro de téléphone, ville de résidence, et éventuellement permis de conduire).

 

#2 – Écrire un CV lisible

Pour que le recruteur puisse trouver facilement les informations qu’il recherche, la règle d’or est la lisibilité.

En général, un CV est en format A4, en portrait. Tu dois donc organiser les différentes parties qu’on vient d’énoncer en prenant en compte ce format. Utilise la même police pour tout le texte. Tu peux différencier légèrement les titres des thématiques avec une police un peu plus grande (14 pour les titres, 12 pour le texte).

Il est évident qu’aucune faute d’orthographe ne sera tolérée !

 

#3 – Ne pas mettre de titre au CV

Dans le cas d’un job étudiant, nous déconseillons de mettre un titre au CV. En effet, tu ne postules généralement pas pour un poste précis, et même si c’est le cas, tu restes en général ouvert à d’autres opportunités. Par ailleurs, tu n’as pas encore de diplôme pour un métier en particulier. Pour toutes ces raisons, ne te ferme pas de portes à cause d’une formulation hasardeuse !

 

#4 – Personnaliser son CV

Même si le CV est un document très formel et organisé, tu peux te permettre de le personnaliser sur quelques détails. Tu peux par exemple utiliser des couleurs (pour les titres, ou pour dessiner certains cadres). Attention toutefois, le CV doit rester lisible, n’oublie pas cette règle d’or.

Tu peux aussi écrire un petit texte de présentation, à insérer près de la photo et de tes coordonnées. Ce texte rédigé à la première personne rendra plus vivant le reste du document et permettra au recruteur d’en savoir un peu plus sur toi. Raconte d’où tu viens, ce que tu fais actuellement et les choses qui te plaisent dans la vie.

Enfin, je te conseille de mettre une photo, elle rendra le document plus « humain » et donnera envie au recruteur d’entrer en contact avec toi. Choisis une photo récente, où tu es souriant. Fais quand même attention à sélectionner une photo qui se prête bien au CV. Pour cela, évite les photos de vacances où tu pourrais être trop décontracté !

 

#5 – Mettre son CV en ligne

Selon la situation, tu auras besoin d’un format de CV différent. Si tu postules dans ta ville par exemple, il sera utile d’avoir des versions imprimées de ton CV, que tu pourras aller déposer en main propre dans les entreprises. Mais aujourd’hui, de plus en plus de recruteurs demandent à recevoir les CV en ligne, il te faut donc une version PDF de préférence, sinon Word.

Si tu cherches ou réponds à une annonce sur internet, soigne le mail dans lequel tu envoies le CV. Précise l’éventuelle offre pour laquelle tu postules, utilise des formules de politesse, etc.

Tu peux aussi te créer un CV en ligne. Pour cela, tu peux t’inscrire sur un réseau social professionnel (comme LinkedIn) et envoyer ta page aux recruteurs pour qu’ils la consultent. Tu peux aussi rejoindre des sites d’emplois sur lesquels tu y renseigneras ton CV. C’est le cas de Indeed, Jobaviz ou Studentjob.

 

Nota bene: Tu peux aller faire un tour sur Canva et Piktochart, deux sites utiles et approuvés par Major Bac pour réaliser ton CV en ligne. C’est rapide, facile et gratuit !

 

Écrire une lettre de motivation convaincante

La deuxième étape d’une candidature à un petit job est la lettre de motivation. C’est un exercice souvent perçu long et peu utile, mais détrompe-toi ! La lettre est aussi indispensable que le CV puisqu’elle est demandée dans 99 % des candidatures. Surtout, elle sert bien souvent d’élément de comparaison des candidats afin de les départager.

Comment écrire une lettre efficace qui plaira à ton futur patron ? Voici nos cinq conseils.

 

#1 – Parler de soi, parler de ses qualités

Dans la lettre de motivation, comme dans le CV d’ailleurs, la principale thématique à évoquer, c’est soi-même ! Pas de panique si tu n’as jamais eu de première expérience professionnelle avant, tu trouveras quand même des choses à dire.

Le cœur de la lettre de motivation, comme son nom l’indique c’est… la motivation, mais surtout les compétences et les qualités qui appuient cette fameuse motivation.

Tu peux alors mentionner tes compétences relationnelles, ta rigueur, ton autonomie, ton organisation, si tu te retrouves là-dedans bien sûr ! Pense à illustrer tes propos à l’aide d’exemples concrets.

 

#2 – Se renseigner sur le secteur d’activité de l’entreprise

Que tu répondes à une offre existante ou que tu fasses une candidature spontanée, dans les deux cas de figure, il est indispensable que tu te renseignes sur le domaine d’activité de l’entreprise où tu souhaites postuler. Pour cela, n’hésite pas à faire une recherche sur internet, en consultant plusieurs sites (le site de l’entreprise, sa page Facebook, des articles de presse économique, etc.). Tu pourras te faire une image globale de l’environnement de l’entreprise et écrire ainsi une lettre cohérente et en phase avec les projets de ton futur employeur !

 

#3 – Utiliser des mots-clés de l’entreprise et de son secteur

Dans la continuité du conseil précédent, Major Bac te recommande d’utiliser quelques mots du lexique propre à l’entreprise et à son secteur d’activité.

Pourquoi faire l’effort de cibler ton vocabulaire ?

– D’un côté, cela prouve que tu t’es réellement intéressé à l’entreprise pour laquelle tu postules. En général, c’est très bien vu !

– D’un autre côté, ça va permettre de rassurer l’employeur. Ce dernier apprécie en général les candidats qui expriment leur compréhension, même minimale, du contexte de travail.

Pour te donner un exemple, voici quelques mot-clés pour une candidature dans la restauration rapide : équipier polyvalent, restaurant, opérationnel, efficacité, rapidité, satisfaire la clientèle, travail d’équipe, etc.

Idem, pour une candidature en tant que vendeur, on pourrait utiliser certaines de ces expressions : conseil, objectifs de vente, enseigne, écoute des clients, relationnel, accueil, challenge commercial, technique d’inventaire, passation de commandes, etc.

Forcément, c’est plus facile d’en parler pour quelqu’un qui a déjà eu une expérience dans le secteur. Toutefois, si ce n’est pas le cas, tu peux quand même utiliser ces expressions en expliquant que tu es prêt à apprendre sur le terrain.

 

#4 – Faire une lettre structurée et précise

Pour la lettre de motivation, il y a de nombreux attendus sur le fond et sur la forme. Elle doit faire une page maximum.

De nombreux éléments sont à inclure dans l’ordre suivant :

– L’en-tête de l’expéditeur (en haut à gauche) : donne ton nom, prénom, adresse, mail et téléphone.

– L’en-tête du destinataire (en haut à droite, légèrement plus bas que l’en-tête expéditeur) : mentionne le nom de l’entreprise, le nom de la personne si tu l’as, puis l’adresse.

– La date et le lieu d’écriture.

– L’objet de la lettre : si c’est une candidature spontanée, mentionne-le. Sinon, fais précisément référence à l’offre à laquelle tu réponds (elle a souvent un nom ou un numéro).

– L’interpellation : si tu ne connais pas la personne en question, écris Madame, Monsieur, sinon, n’hésite pas à mettre le nom du recruteur.

Après toutes ces étapes formelles, le cœur de la lettre arrive. Tu disposes de deux ou trois paragraphes pour parler de toi, de l’entreprise et de ta motivation à y travailler.

– Premier paragraphe : rédige quelques lignes dans lesquelles tu fais référence à l’offre à laquelle tu réponds. Sois précis et concret, mentionne tes dates de disponibilités (par exemple du 1er juillet au 31 août si tu veux bosser l’été ou bien 10 h/semaine, le samedi et le mercredi par exemple si tu veux travailler dans l’année).

– Second et troisième paragraphes : Major Bac te conseille de parler davantage de toi, de tes compétences et expériences. C’est aussi le moment de montrer que tu t’es renseigné sur l’entreprise et que tu t’y projettes.

Enfin, pour terminer la lettre de motivation, n’oublie pas d’y inscrire une formule de politesse adaptée et pas trop pompeuse si possible !

 

# 5 – Une lettre conforme, mais pas trop !

Pour avoir une lettre de qualité, l’idéal est de trouver un bon équilibre entre une écriture trop classique et impersonnelle, vue et revue par les recruteurs, et une écriture trop originale ou artistique qui s’éloignerait de manière exagérée des codes des employeurs.

Fais également attention aux fautes qui ne pardonnent pas. N’hésite pas à faire relire ta lettre par un parent, un ami, même un prof.

 

 

Réussir son entretien d’embauche

La dernière étape de la candidature est souvent la plus impressionnante. Voyons les choses d’un œil positif : si tu arrives jusque là, c’est que ton CV et ta lettre de motivation ont tapé dans l’oeil du recruteur !  Il ne reste plus qu’à convertir l’essai !

Comment décrocher le job à la fin de l’entretien ? Voici nos cinq conseils.

 

#1 – Se détendre !

Un entretien d’embauche, qu’il soit le premier ou le centième, est toujours un exercice très stressant. Le stress peut être d’ailleurs très handicapant pendant un entretien.

C’est pourquoi il est important de mettre toutes les chances de ton côté grâce à quelques recommandations toutes simples :

– Repère en amont l’endroit où se déroulera l’entretien, ça t’évitera des petits moments de panique le jour J.

– Arrive en avance le jour de l’entretien : dans l’idéal, dix minutes avant l’horaire indiqué. Cela te permettra de te tranquilliser un peu et de prendre tes repères. Si tu as bien préparé l’entretien, tout devrait bien se dérouler.

 

# 2 – Faire une bonne première impression

C’est le jour J, tu es chez l’employeur, le stress est à son comble ! Avant même que tu aies eu le temps de dire « bonjour », le langage corporel parle pour toi et renvoie une image de ta personnalité. Tu n’y peux rien, c’est comme ça !

Par contre, tu peux tout mettre en œuvre pour que cette image renvoyée soit la plus positive possible aux yeux de l’employeur. Fais attention à ton apparence : mets une tenue correcte et soignée dans laquelle tu es à l’aise, c’est important. Ça ne sert à rien de porter un tailleur ou un costume ! Ne viens pas non plus en jogging.

Essaie de te tenir droit, de te montrer disponible quand tu vas rencontrer l’employeur. Même si ce n’est pas facile, regarder dans les yeux son interlocuteur est un très bon point, essaie de le faire dès le début.

Pour la poignée de main, essaie d’être ferme et dynamique, sans non plus broyer la main de ton futur patron !

Beaucoup de choses se jouent avant le début réel du dialogue, et c’est nécessaire d’en avoir conscience !

 

#3 – Réussir sa présentation

Cette étape-là, il est peu probable que tu y échappes. Au début de l’entretien, après s’être brièvement présenté, le recruteur va te demander de faire de même, en quelques minutes.

Que dire alors ?

– Tu peux commencer avec ton identité (rappelle ton nom et prénom, ton âge, ta ville d’origine).

– Tu peux ensuite préciser ton statut (lycéen, étudiant, etc.).

– Parle de ce que tu aimes faire et de tes centres d’intérêt, en quelques mots.

– Puis essaie de te décrire en mettant en valeur certaines qualités (autonomie, rigueur, esprit d’équipe, etc.)

– Il est possible de terminer ta présentation en faisant le lien entre tes qualités et le motif de ta présence, c’est-à-dire ta volonté d’intégrer l’entreprise.

Cette première question de présentation est souvent posée pour que l’employeur te connaisse mieux, mais c’est aussi une occasion de tester la façon dont tu vas t’exprimer (clarté, concision, etc.).

 

#4 – Se préparer bien en amont

Pour mettre toutes les chances de ton côté, il est impératif de bien préparer ton entretien. Cela va te permettre d’être à l’aise, de dépasser le stress et in fine te démarquer des autres candidats.

Comme pour un contrôle ou un match, cet « affrontement » entre toi et l’employeur se prépare ! Au-delà de la présentation que tu feras au début de l’entretien, il faut que tu sois rodé sur certains points :

– Le poste en question, renseigne-toi sur ses spécificités : il faut que tu montres que tu prends ça bien au sérieux et que tu connais les conditions de travail.

– Aie en tête des informations sur l’entreprise : il est très probable qu’une ou deux questions portent sur ton intérêt pour l’entreprise ou ce que tu connais d’elle. Si tu débarques sans savoir où tu mets les pieds , ça va se voir tout de suite.

– Créé-toi un petit stock d’expériences (voyages, association, engagement, expérience pro) que tu garderas en tête. Tu pourras alors piocher dedans et utiliser facilement l’un de ces exemples pendant l’entretien pour illustrer une compétence et ainsi te démarquer des autres candidats.

– Anticipe aussi certaines questions « pièges » pour ne pas tomber des nues le jour J tout en essayant de rester naturel. Ces questions pièges peuvent être par exemple : « Savez-vous dire non ? », « Aimez-vous le travail en équipe » ?, « Quels sont vos défauts » ?, etc.

 

#5 – Avoir un comportement irréprochable !

Pour taper dans l’œil du recruteur, il est impératif que tu aies un comportement irréprochable tout au long de l’entretien. Cela passe d’abord par de la politesse. Sois souriant et enthousiaste, montre que tu es content d’être là. Ne sois donc pas arrogant !

Puis, réponds correctement aux questions, ne raconte pas ta vie, mais évoque des détails pertinents pour appuyer ta candidature.

Ensuite, je te conseille par ailleurs de rapporter une copie de ton CV, de ta lettre de motivation et éventuellement de l’offre d’emploi s’il y en a une. En cas d’oubli d’une date ou d’un détail, tu pourras toujours t’y référer.

Enfin, montre ton intérêt pour le poste et l’entreprise d’abord. N’aborde pas la question de la rémunération tout de suite ! En général, c’est l’employeur qui y fait référence vers la fin de l’entretien. Pose des questions au recruteur, c’est toujours très apprécié et ça témoignera de ton intérêt pour sa structure.

Si tu suis ces recommandations avant et durant le jour J, tout devrait bien se dérouler !

Te voilà armé de ces 15 conseils pour te lancer dans la quête du job étudiant. Une dernière suggestion pour la route : anticipe bien les démarches, surtout pour les jobs d’été. N’hésite pas à t’y prendre bien à l’avance, car rédiger un CV, une lettre de motivation et préparer sa candidature prend beaucoup de temps et d’énergie ! Multiplie les opportunités et ne te ferme pas de portes ! Sois patient et persévère ! Bon courage à toi.