Comment j’ai eu 20 au bac en SES : mes conseils

Si tu as choisi l’enseignement de spécialité SES pour le baccalauréat, tu es au bon endroit ! Je m’appelle Florine et il y a quelques années j’ai cartonné aux épreuves de SES au bac puisque j’ai obtenu la note de 20/20 !

Méthodologie, organisation, astuces pour les épreuves… voici, dans cet article, mes dix conseils pour travailler au mieux cette matière et réussir avec brio les épreuves du bac !

 

Conseil n° 1 : apprendre à s’organiser

Ne pas se laisser dépasser par la charge de travail, éviter de prendre trop de retard, essayer d’anticiper : bref, s’organiser, ça s’apprend !

Le programme de l’enseignement de spécialité SES est très dense et exigeant. Par conséquent, les profs vont avoir un rythme soutenu tout au long de l’année et tu devras donc emmagasiner un certain nombre de connaissances à chaque cours. Il est donc primordial de ne pas se laisser dépasser par la masse d’éléments à revoir, sachant que tu n’as pas non plus que les SES à bosser !

De mon côté, en terminale je devais jongler entre les cours, un petit boulot plusieurs soirs par semaine, mes amis et mes loisirs. Je n’avais clairement pas le choix, je devais m’organiser efficacement. Avec un peu de recul, je dirais que mon organisation reposait sur trois grands principes :

  • Une écoute active en classe : je suis convaincue qu’être bien attentif pendant l’heure de cours permet de mémoriser plus rapidement et durablement les connaissances. Et c’est encore plus efficace si on a une mémoire auditive !
  • Une relecture active le soir : chez soi ou à la bibliothèque, il s’agit de relire chaque soir tout ce qui a été fait et vu dans la journée (le cours, les définitions, les documents analysés, etc.). La relecture à tête reposée et quand les connaissances sont encore “fraîches” permet de réactiver le mécanisme de mémoire. Il ne s’agit pas d’une simple lecture, je conseille de lire plusieurs fois, à voix haute si nécessaire, afin de comprendre pour mémoriser le contenu.
  • Des révisions régulières et fréquentes (on y arrive juste après, c’est le deuxième conseil).

En suivant ces conseils, tu avances au même rythme que la progression de la classe et tu sais toujours ce qui a été fait au cours d’avant (ce qui peut s’avérer utile en cas de contrôle surprise !).

 

Conseil n° 2 : réviser régulièrement les SES

Tu l’as bien compris, la SES est une matière exigeante qui repose sur un corpus très varié de connaissances : auteurs, théories, concepts, mécanismes économiques, faits, techniques statistiques, analyses de documents, etc.

Étant donné que la mémoire est naturellement sélective et vu la quantité de choses que tu seras amené à étudier pendant l’année, sans révision fréquente et sérieuse, ta mémoire opérera une sélection toute seule dans son coin !

Une fois que tu as bien appris et assimilé le cours, le challenge c’est de s’en souvenir à long terme et pas uniquement pour l’interro du lendemain. Ce que je conseille de faire, c’est tout simplement de muscler sa mémoire de SES grâce aux révisions régulières. Pour cela, tu peux te fixer trois objectifs réalistes :

  1. Chaque week-end, essaie de réviser tout ce que tu as vu dans la semaine en SES. Comme tu l’as fait chaque soir avec les nouvelles connaissances, de nouveau en fin de semaine tu réactives ton stock de savoirs.
  2. Avant chaque interrogation, devoir ou examen, tu te plonges à nouveau dans les révisions des notions concernées.
  3. Pendant chaque période de petites vacances, sans oublier de prendre quelques jours de repos, tente de réviser tout ce que tu as fait depuis le début de l’année, une fois chaque chapitre.

Peut-être que ça te paraît trop ambitieux ou irréalisable, mais essaie !

Cela te permet de gagner :

  • un temps fou car tu devras seulement réviser et pas apprendre à nouveau ;
  • en efficacité car tu connaîtras vraiment bien les notions ;
  • de la tranquillité car tu arriveras préparé à chaque échéance, de la petite interro jusqu’aux épreuves officielles.

 

Conseil n° 3 : choisir le bon support de cours

Le premier support en spé SES est bien souvent le cours donné par ton professeur. Chaque prof a sa méthode, certains dictent, d’autres projettent ou donnent des polycopiés.

Si le prof dicte le cours, je te conseille d’adopter une prise de note intelligente. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de reprendre mot pour mot ce qui est dit. Personnellement, je ne faisais pas forcément de phrases complètes. J’aimais bien utiliser des flèches, des couleurs, des abréviations directement sur mon cours. Pour ça, les SES s’y prêtent bien.

Deuxième cas de figure, si ton prof donne le cours sur des feuilles, je pense que la meilleure chose à faire est d’abord de le lire très attentivement. Puis, dans un second temps, il s’agit d’extraire (avec des fluos ou de la couleur), les informations indispensables. Libre à toi ensuite de reprendre le cours sur ton cahier ou de le mémoriser directement sur le poly.

N’hésite pas, dans ta prise de notes, à séparer le côté purement cours (théories, dates, auteurs, concepts, lexiques) et le côté plus « pratique » (analyse de documents, lectures graphiques).

 

Conseil n° 4 : ne pas apprendre bêtement

Pour retenir sur le long terme, je pense que tu l’as compris, il faut travailler sa mémoire comme on travaille ses muscles. Une chose me semble fondamentale : il faut que tu t’appropries la connaissance, que tu la fasses tienne. Autrement dit, pour réussir en SES, rien ne sert d’apprendre tout par cœur, il est très important de savoir reformuler différemment les concepts.

Le cours de ton prof est le support principal, mais c’est une façon parmi d’autres d’exposer des concepts et théories. S’il est suffisant et clair pour toi, tant mieux ! Sois curieux, n’hésite pas aller chercher une autre façon d’expliquer tel ou tel mécanisme, sur Internet ou dans ton livre. Confronter ou synthétiser deux explications d’un même phénomène permet parfois de bien mieux le comprendre.

Petite astuce pour vérifier que tu as bien compris un concept économique du cours : exerce-toi à l’expliquer avec tes propres mots à quelqu’un qui s’y connaît peu ou pas du tout en économie. Si tu réussis à lui faire comprendre l’idée, c’est gagné !

 

Conseil n° 5 : des fiches ? Oui, à condition qu’elles soient utiles !

Faire des fiches peut être une excellente façon de travailler les SES, mais c’est aussi très chronophage. Il faut donc réaliser des fiches utiles ! De mon point de vue, les fiches en SES sont utiles et efficaces uniquement si :

  1. Elles apportent quelque chose de différent du cours. C’est totalement inutile de ficher son cours si c’est juste pour le recopier !
  2. Elles sont structurées de la même manière pour tous les chapitres, de façon à ce que ton cerveau ne se perde pas dans des supports trop variés.
  3. Elles sont faites avec concentration, puisque le fait de faire une fiche permet aussi d’en mémoriser le contenu.
  4. Elles sont utilisées au cours des révisions, sinon c’est clairement une perte de temps !

Pour éviter de se retrouver à ficher tous tes chapitres aux vacances, selon moi, le meilleur moment pour ficher ton cours, c’est le week-end. Faire ta fiche en fin de semaine te permet de consolider les nouvelles connaissances de la semaine. Tu peux aussi attendre que ton chapitre soit terminé pour ficher, mais n’attends pas plus longtemps. Si tu fiches au fur et à mesure, tu n’accumuleras pas de retard.

Ficher à l’ordinateur ou à la main ? Choisis la méthode que tu préfères, tout dépend aussi du temps que tu mets.

Sur chaque fiche de SES, mets-y les éléments utiles et indispensables :

  • le vocabulaire du chapitre ;
  • les concepts et mécanismes économiques et sociaux ;
  • les auteurs importants ;
  • n’hésite pas à faire des schémas, surtout si tu as une mémoire visuelle.

Enfin, le petit “plus” qui peut faire la différence, c’est de réaliser une fiche de faits d’actualité et de données chiffrées, à alimenter tout au long de l’année. Ces exemples te seront utiles pour illustrer un argument, faire une belle accroche ou une ouverture. J’ai fait ça en terminale, et je pense que ça a payé !

 

Conseil n° 6 : rester connecté à l’actualité

On attend d’un bon candidat de SES qu’il soit curieux, ouvert d’esprit et qu’il s’intéresse au monde social et économique dans lequel il vit. Dit autrement, un bon élève en SES doit suivre l’actualité.

Pour cela, il n’y a pas besoin de lire 10 000 journaux, quelques noms à consulter régulièrement feront l’affaire. J’avais personnellement un coup de cœur pour Courrier international (articles courts, avec différents points de vue, issus de la presse nationale et internationale, et sur des sujets variés) et Alternatives économiques. Tu peux aussi consulter Le Monde ou encore Les Echos.

En ligne, sur une application, ou en version papier, tu n’as plus vraiment d’excuse : l’information est très facile d’accès ! Et en ce qui concerne les éventuels numéros payants, tu peux toujours faire un tour au CDI de ton lycée, je suis sûre qu’ils seront disponibles.

Pour faire le lien avec les fiches, ces lectures hebdomadaires vont te permettre d’alimenter la petite fiche personnelle de faits et d’exemples concrets et pertinents pour illustrer tes argumentations. En ayant tes propres exemples, et non pas ceux du cours comme tous les gens de ta classe, tu peux marquer des points.

 

Conseil n° 7 : avoir en tête le programme

Ça peut paraître absurde comme ça, mais avoir en tête le programme de l’année peut porter ses fruits. Tu as 12 chapitres au programme cette année, je te suggère au moins de savoir de quoi ils parlent.

C’est en effet une façon de savoir où tu vas. Tu as tout de même choisi (je l’espère) cet enseignement de spécialité, tu es donc censé être au taquet sur cette discipline, t’y intéresser et bien la maîtriser à la fin du lycée.

Ensuite, en connaissant les grandes étapes de l’année, tu pourras aussi suivre l’avancement ou le retard du prof dans le programme.

Si tu n’es toujours pas convaincu, avoir le programme en tête te permet de faire des liens avec l’actualité, avec des articles, vidéos ou reportages vus à côté. Dit autrement, cela te permet de sélectionner et d’organiser tes ressources en SES.

Et enfin, connaître le programme dans les grandes lignes te permettra d’organiser au mieux tes révisions pour les épreuves. D’ailleurs, certaines notions sont abordées plusieurs fois mais dans des chapitres différents. Tu pourras alors faire des liens entre les notions et les chapitres bien plus facilement sur ta copie.

 

Conseil n° 8 : arriver préparé à chaque examen

L’état d’esprit dans lequel j’étais en terminale, puis en prépa, était très simple : je ne voyais pas l’intérêt d’aller faire une interro ou un DS si je n’avais pas le bagage pour le faire. C’est un peu comme si un surfeur veut s’exercer mais n’a pas sa planche de surf, ou bien une équipe qui veut jouer au football mais n’a pas de ballon. Bref, c’est à la fois compliqué et inutile.

Je te recommande donc d’arriver préparé à chaque interro, c’est-à-dire en ayant le cours en mémoire ainsi que des exemples d’actualité. C’est d’autant plus important que la réforme a mis en place le fameux contrôle continu. Pas de panique, si tu suis mes conseils précédents, tu y arriveras sans problème !

Pendant l’année, essaie aussi de te familiariser avec les différentes épreuves du bac : dissertation ou épreuve composée.

Les attendus sont différents et il est important que tu aies au moins testé une fois chaque exercice avant les épreuves du bac. Garde bien à l’esprit que les épreuves du bac en SES ne consistent pas à recracher ton cours. Les questions portent sur des points précis du programme. Il faudra dans tous les cas mobiliser les auteurs, les courants théoriques, les mécanismes.

L’épreuve composée mêle explications théoriques, analyse de document et mini-dissertation. La dissertation repose sur un sujet et un dossier documentaire.

On dit souvent que la dissert est plus risquée que l’épreuve composée, mais je pense aussi que c’est l’épreuve où l’on peut vraiment se démarquer (avec une problématique solide, un bon raisonnement, des exemples pertinents).

Voici un conseil qui marche à tous les coups, que tu prennes la dissertation ou l’épreuve composée : pour chaque paragraphe (de la mini-dissertation ou de la grande dissertation), pense à cet acronyme tout bête : AEI.

  • A comme argumentation, tu présentes ton idée.
  • E comme explication, tu expliques cette idée de manière détaillée.
  • I comme illustration, tu donnes un exemple précis (c’est le moment d’aller chercher les éléments de ta fiche de faits d’actualité).

Ça semble peut-être anodin, mais beaucoup de candidats ne font pas de bons paragraphes argumentatifs. Tu as maintenant les éléments pour réussir !

Concernant les épreuves, voici quelques astuces supplémentaires pour cartonner :

  1. Prends le temps de bien lire les consignes pour ne pas faire de contresens.
  2. Sois attentif à tous les documents.
  3. Utilise tout le temps qui t’est donné.
  4. Relis-toi pour corriger toutes les fautes bêtes.
  5. Rends une copie propre et aérée.

 

Conseil n° 9 : ne pas négliger l’analyse de documents en SES

Graphiques, lecture de textes, analyses statistiques… tu en auras forcément, quel que soit ton choix lors de l’épreuve de SES. Je te suggère donc de te familiariser avec ce type de données et de documents le plus tôt possible.

Non seulement, il faut apprendre à les déchiffrer, c’est une préparation progressive aux épreuves finales. Mais surtout, chaque nouveau document est une source potentielle d’exemples chiffrés et de données pour argumenter et illustrer.

Comment faire ?

  • Étape 1 : pour chaque document, commence à repérer le sujet, la source, la date, le champ.
  • Étape 2 : prends une donnée au hasard et essaie de la faire « parler », pour voir si tu as bien compris la signification.
  • Étape 3 : essaie d’identifier l’idée et le phénomène général, puis dégage les principales tendances ou évolutions.

À ce propos, n’hésite pas à revoir en détail les documents analysés en classe avec ton professeur, ceux que tu auras eus en interro ou DS. Tu en as aussi dans les livres, souvent accompagnés de fiches méthodologiques pour savoir comment les analyser. Ces savoir-faire font vraiment la différence entre les candidats !

 

Conseil n° 10 : se préparer au Grand Oral en SES

Qui dit réforme du bac dit Grand Oral, et dit peut-être SES. Si tu as décidé de prendre un sujet en lien avec les SES, essaie de choisir un sujet qui te plaît, qui t’intéresse, qui te tient à cœur et sur lequel tu as envie de passer du temps ! Pour cela, sers-toi de tes lectures, discute aussi avec ton prof, il saura t’aider.

Passe ensuite du temps à rechercher un ensemble d’informations variées sur ton sujet. Multiplie les sources (articles de presse, articles de recherche, reportages, films, dossiers statistiques, etc.), les supports, les points de vue. Cela te permettra de comprendre les tensions et les enjeux autour du sujet choisi et de construire une problématique pertinente.

Sois au taquet sur l’actualité de ton sujet toute l’année. Prends note d’une évolution dans le débat (nouvelle loi, nouvelle statistique, etc.). Si tu suis les conseils énoncés plus haut, ça ne devrait pas poser de problème !

Ne laisse pas de côté la forme de l’oral : tenue vestimentaire, débit, choix des mots, gestuelle, respiration, ton de voix, tous ces éléments se travaillent ! Entraîne-toi sur ces dimensions tout au long de l’année. Par exemple, quand tu prends la parole en classe, tu peux te donner un petit objectif (travailler le débit, la diction, etc.). Plus tu t’y prendras tôt, plus tu arriveras préparé !

 

Cet article touche à sa fin. J’espère qu’il te sera d’une grande aide pour t’aider à travailler et réussir les SES. Même si la réforme du bac est passée par là depuis que j’ai eu le bac, je pense que ces conseils restent valables dans le temps, et certains sont même applicables au-delà des SES. Bon courage à toi pour cette année et pour les épreuves du bac !

Poursuis ta lecture sur ces sujets