Méthodologie de l’essai d’anglais du bac

L’essai d’anglais n’est pas bien difficile, mais c’est un exercice très particulier avec des règles très précises qu’il faut connaître. Cet article vise à te donner la méthodologie de traitement d’un sujet afin de briller pour l’épreuve du bac. Nous nous baserons sur un sujet existant en guise d’illustration.

Vous pouvez aussi tester vos connaissances en anglais grâce à nos quiz (vocabulaire, grammaire, civilisation).

 

Sujet : To what extent is exploration related to travelling ? (300 words, +/- 10%)

 

Un exemple d’introduction d’essai d’anglais expliqué

When we think of famous explorers such as Christopher Columbus, we imagine an adventurer taking on a trip to discover uncharted territories. (je lie mon amorce au sujet) Thus, the link between exploration and travelling seems obvious. Indeed, to discover places you are unfamiliar with, you need to travel there, whether it is by bus, by plane, by car or by boat. (je reformule la question du sujet / ou je la répète si je n’ai pas d’idées) However, is exploration necessarily linked to travelling? (j’annonce mon plan en deux parties, sans dire “I will first discuss… parce que c’est lourd et répétitif) If it is true that one needs to travel to explore a foreign region, one can also explore a place that is already near them.

 

Le vocabulaire essentiel de l’introduction :

  • Thus (= ainsi)
  • Indeed (= en effet)
  • However (= cependant)
  • On one hand (= d’une part)
  • On another hand (= d’autre part)
  • First (= d’abord)
  • Secondly (= deuxièmement)
  • Then (= ensuite)
  • Finally (= enfin)
  • If it is true that… (= s’il est vrai que)
  • There is no denying that (= il va sans dire que)

 

Un exemple de développement d’essai expliqué

When tourists travel to another country, it often leads to exploration. They expect to wander about in the streets or in the countryside and enjoy the landscape around them. They can decide to change their habits and explore a new way of life: (1 exemple par idée minimum) if they go to Spain for instance, they can adapt their schedule to the Spanish way of life. They can explore with food they have never tried before. (à chaque fin de paragraphe, je rappelle mon argument principal) Travelling is thus very much linked to discoveries and exploration.

However, (j’utilise un connecteur logique (However/Yet/Nevertheless) pour bien marquer l’opposition entre mes deux parties) modern travelling is sometimes not about exploration at all. (1 exemple par idée minimum) The “all-inclusive” resorts focus more on the tourists enjoying all-you-can-eat buffets and the swimming pool than on exploration. It is quite frequent for tourists to go to foreign countries and not leave once their hotel. In that case, absolutely no exploration is made through travelling. Sometimes, exploration has nothing to do with travel. (1 exemple par idée minimum) If you are born in a city like Paris, you can still explore it because it remains full of hidden places you may have never seen. Exploring your region, and discovering new areas can be done without travelling. You can do more exploring in your hometown than you can do by travelling to a foreign country.

 

Mots-clés utiles :

  • to wander about/to wander around (= traîner, se balader)
  • the countryside (= la campagne)
  • the landscape (= le paysage)
  • a habit (= une habitude)
  • a schedule (= un emploi du temps)
  • to try food (= goûter de la nourriture)
  • all-you-can-eat-buffets (= buffet à volonté)
  • hidden (= caché, secret)
  • hometown (= ville natale)

Mots de liaisons utiles :

  • for instance (= par exemple)
  • however (= cependant)
  • yet (= or)
  • nevertheless (= néanmoins)
  • in that case (= dans ce cas)

Un exemple de conclusion d’essai d’anglais expliqué

To conclude, there is no denying that travelling allows you to become an explorer. (en conclusion, je répète ma première idée) Yet, travelling does not guarantee a real exploration (et je rappelle ma seconde). At the end of the day, exploration has more to do with an attitude than with travel. If you feel like exploring, nothing can stop you: neither distance nor sufficient funds. Sometimes, exploration is just around the corner. (je finis par une réflexion plus large sur le voyage en général, car il est bienvenu d’ouvrir le sujet, mais il vaut mieux encore une fois éviter le hors-sujet. Si vous n’avez pas d’idées d’ouverture, mieux vaut rester sur les arguments déjà avancés dans votre rédaction et ne pas trop s’aventurer)

 

Le vocabulaire essentiel de la conclusion :

  • To conclude (= pour conclure)
  • In conclusion (= en conclusion)
  • Finally (= enfin)
  • In brief (= en résumé)
  • Indeed (= en effet)
  • There is no denying that (= il va sans dire que)
  • At the end of the day (= en fin de compte)

 

 

Des éléments de méthode d’essai d’anglais

Faire une ouverture

L’introduction doit amener le sujet soit avec une ouverture (un exemple d’explorateur ici), soit en rappelant simplement le sujet si vous n’avez pas d’idées. Il vaut mieux se contenter de rappeler le sujet plutôt que de faire une amorce absurde ou hors-sujet.

 

Trouver une problématique

Comment bien formuler la problématique ? Différents types de problématique d’essai d’anglais sont possibles.

 

La problématique peut être une question directe

  • How is… (dans quelle mesure, comment ?)
  • To what extent is… (dans quelle mesure)
  • Is … necessarily … ? (est-ce que A est nécessairement B ?)

Attention, dans le cas où la problématique est une question directe, n’oubliez pas de mettre le verbe (ou l’auxiliaire) avant le sujet, soit en tête de la question (Is exploration related to travelling ?), soit juste après To what extent/How.

 

La problématique peut être une question indirecte

  • We can wonder if… (nous pouvons nous demander si…)
  • We can wonder how… (nous pouvons nous demander comment…)
  • We can wonder to what extent… (nous pouvons nous demander dans quelle mesure…)
  • One can wonder… (on peut se demander)

Dans le cas où la problématique est une question indirecte, n’oubliez pas qu’il ne s’agit plus d’une question et qu’elle n’est absolument pas suivie d’un point d’interrogation. De plus, il n’y a pas d’inversion du verbe et du sujet : veillez à écrire votre phrase comme une affirmation.

 

Définir les termes du sujet

Quand vous avez une question qui vous invite à argumenter (to what extent/ how) et à donner votre point de vue, il vous que vous soyez capables de reformuler la question avec vos propres mots en l’adaptant à ce que vous comptez démontrer. Il ne faut jamais reprendre la question telle quelle.

La reformulation du sujet avec vos propres mots et la définition des termes de la question (qu’est-ce que “exploration”, qu’est-ce que “travelling” ?) sont les deux étapes cruciales qui vont vous permettre de trouver une bonne problématique.

Ce n’est qu’une fois que vous avez défini les deux termes et que vous voyez qu’ils sont assez différents (pour explorer quelque chose, il ne faut pas forcément aller à l’autre bout du monde) que vous comprenez l’enjeu du sujet.

Par exemple, dans le cadre du sujet “To what extent is exploration related to travelling ?”, on vous invite à vous demander si l’exploration est nécessairement liée au voyage. Il faudra donc trouver des arguments qui montrent qu’en réalité, l’exploration n’est pas seulement liée au voyage. Votre problématique doit refléter ce que vous voulez vraiment démontrer. Si votre argument le plus fort (c’est à vous de le définir) est que le voyage ne garantit pas une vraie exploration (ex. Les hôtels de luxe où on reste au bord de la piscine), votre problématique doit s’axer là-dessus.

Elle restera cependant très proche de la question originale.

Ainsi, pour ce sujet, vous pouvez demander : “However, is exploration necessarily linked to travelling ?” Dans cette formulation, introduite par un connecteur logique, le correcteur ou la correctrice voit bien que vous avez compris l’enjeu de la question et que vous n’allez pas seulement répondre par un simple“oui”.

Dites vous que si on vous pose cette question, c’est sûrement parce qu’on ne peut pas y répondre simplement par un oui ou par un non. Sinon, à quoi bon écrire 300 mots ?

La problématique peut être une question directe (comme ici) ou bien une question indirecte telle que, “we will wonder if exploration is really linked to travelling or if it can be found at home.” Les deux se valent complètement et c’est vous qui choisissez.

Pour les autres sujets de type articles ou discours, vous n’avez pas besoin de formuler une problématique claire dans l’introduction. Cependant, faire ce travail d’analyse du sujet et d’exploration de la question au brouillon est tout de même une étape cruciale.

 

Construire un plan très précis

L’importance du brouillon

Face à n’importe quelle question qui vous est posée, il faut absolument que vous fassiez au préalable un plan très détaillé au brouillon avant la rédaction. Cette étape garantit votre clarté et la force de votre argumentation.

Pour cela, je recommande de vous poser la question à vous-même. Par exemple, dans le cadre d’un sujet tel que “To what extent is exploration related to travelling ?”, une seule réponse “exploration is related to travelling” ne suffit pas. La question invite les candidats et les candidates à penser de façon nuancée. Vous devez vous dire : oui, l’exploration a un lien avec le voyage mais… l’exploration n’est pas seulement ça / voyager ne garantit pas l’exploration, par exemple. Ainsi, votre rédaction va être divisée par paragraphes allant dans un sens ou dans l’autre.

 

Première façon de présenter son brouillon

Sur votre brouillon, écrivez

  1. L’exploration a un lien avec le voyage
  2. Mais on peut explorer sans voyager
  3. D’ailleurs, voyager ne permet pas forcément d’explorer.

Laissez un espace blanc entre chaque partie que vous allez remplir (toujours au brouillon) avec vos idées et vos exemples. 1 exemple par argument suffit vu le nombre de mots que l’on vous demande, mais il faut absolument l’écrire au brouillon avant de l’utiliser, pour vérifier qu’il illustre bien votre argument.

 

Deuxième façon de présenter son brouillon

Votre brouillon peut également ressembler à ça :

1) exploration = voyage 2) explorer sans voyager 3) voyager =/= explorer
a. Argument principal (= pourquoi affirmez-vous ceci ?) :

b. Exemple pertinent :

a. Argument principal :

b. Exemple pertinent :

a. Argument principal :

b. Exemple pertinent :

 

Les exemples en essai d’anglais

Les exemples dans un essai ou une dissertation en général sont utilisés pour renforcer l’argument proposé. Un exemple permet d’illustrer le propos et de le rendre plus clair pour notre interlocuteur. Le but est donc de choisir un exemple pertinent et parlant qui va vous aider à convaincre votre correcteur ou votre correctrice.

 

Bien choisir ses exemples

Des exemples de la vie quotidienne

En anglais, il vous est conseillé de choisir des exemples de la vie quotidienne qui ne sont pas trop pointus car la simplicité est souvent synonyme de clarté.

Not all tourists go backpacking across the world to explore other cultures. Some of them stay in their hotel and enjoy the swimming-pool without ever exploring the country they are in.

 

Réutiliser des exemples du corpus

Cependant, il est très souvent malin et bienvenu d’utiliser les exemples offerts par le sujet de l’examen. Si le récit fictionnel est lié à l’exploration et non au voyage par exemple, vous pouvez tout à fait citer l’extrait (ou simplement en parler, car votre temps est limité) dans le paragraphe où vous dites que l’exploration est différente du voyage.

Non seulement cette utilisation du corpus vous évite de devoir faire preuve d’imagination au cas où vous êtes bloqués, mais les correcteurs apprécient également de voir que vous avez bien compris en quoi l’essai était lié au corpus qui vous a été donné à explorer.

 

Bien citer et utiliser ses exemples

Attention, un exemple doit être bien utilisé et bien placé pour être utile. Je recommande fortement d’utiliser son exemple après avoir donné son argument. L’exemple ne saurait en aucun cas remplacer l’argumentation. Il est un “bonus” (nécessaire, cela dit) en quelque sorte, qui vient s’ajouter à votre argument en fin de paragraphe pour lui donner plus de poids. Enfin, si vous voulez citer un texte, n’oubliez jamais les guillemets et introduisez la citation avant par des formules comme :

  • as shown by
  • as suggested by/in
  • it is made clear by
  • it is made obvious by
  • this is illustrated in…
  • this is made clear by…

 

Les erreurs à ne jamais faire en essai d’anglais

Toujours utiliser un exemple

L’erreur majeure à ne pas commettre dans une expression écrite, c’est de ne pas utiliser d’exemple quand vous proposez un argument. Exactement comme quand vous discutez avec quelqu’un et que vous souhaitez le convaincre d’une théorie, il faut toujours illustrer votre propos avec quelque chose qui sera facilement compréhensible pour votre interlocuteur.

Par exemple, si vous voulez prouver l’existence d’extra-terrestre, vous ne pouvez pas dire “ils existent parce que je le dis”. Il va falloir trouver des preuves à ce que vous avancez (et bon courage…). Sans cela, vous ne convaincrez personne. Il en va de même lors de la rédaction d’un essai. A chaque argument avancé, il vous faut un exemple.

Une copie sans exemple manquera de clarté et sera désagréable à lire. Vous perdrez la moitié des points du barème pour un essai sans aucun exemple.

 

Respecter les spécificités de l’expression écrite

La deuxième erreur à ne pas commettre est d’ignorer les spécificités de l’expression écrite qu’on vous demande d’écrire.

Si on vous demande d’écrire un discours, on s’attend à ce que vous vous adressiez à un public (“Hello everyone” / “Thank you for letting me speak today”… etc).

Si on vous demande de faire un dialogue, on attend un vrai échange entre personnages.

Si on vous demande un essai, on attend de vous des arguments (et des exemples) clairs et précis.
Un discours sur l’environnement par exemple qui ressemble plus à un essai argumenté en faveur des énergies renouvelables ne sera pas recevable pour le correcteur. Faites donc bien attention à ce qui vous est demandé et demandez-vous ce qu’on attend de vous.

 

Ne jamais paraphraser

Une autre erreur très pénalisante pour votre essai d’anglais est la paraphrase. Comme lorsque vous répondez à des questions, il ne faut surtout pas paraphraser les textes du corpus dans votre rédaction. On attend vos arguments et vos idées. Bien sûr, il est bienvenu (et parfois même nécessaire) d’utiliser les textes pour votre rédaction. Mais il faut l’assumer pleinement et citer. Il n’y a rien de plus agaçant pour un correcteur de voir que vous essayez de faire passer l’idée d’un autre (qu’il connaît bien car il a également lu le corpus) pour la vôtre. Quand vous utilisez un texte, citez. Sinon, abstenez-vous.

 

Ne jamais utiliser du français

Enfin, et cela peut paraître évident pour certains, il est absolument impensable d’utiliser des mots en français dans la rédaction. Si vous ne savez pas comment dire un mot en anglais, il faut le reformuler en anglais. Il est interdit d’utiliser du français dans la rédaction. Si vous ne savez plus comment dire “eco-friendly”, dites “for people who love the environment”. Même si c’est moins idiomatique et parfois même inexact, ce sera bien plus apprécié qu’un mot en français dans le corps de votre rédaction. N’écrivez jamais en français, coûte que coûte.

Et si vous suivez ces conseils, c’est dans la poche ! Bonne chance ! Si vous êtes très ambitieux, vous pouvez aussi consulter cet article de notre site Major-Prépa :

Comment écrire un bon essay d’anglais et bluffer le correcteur ?

Vous avez aimé cet article ? Testez vos connaissances en anglais grâce à nos quiz (vocabulaire, grammaire, civilisation).

Lire aussi : Les verbes irréguliers indispensables.