Corrigé de philosophie du bac L 2019

En ce premier jour d’épreuves, voici un premier jet de corrigés pour les sujets de philosophie tombés ce matin au bac L de philosophie de 2019 : “Est-il possible d’échapper au temps ?” ; “À quoi bon expliquer une œuvre d’art ?”.

Sujet 1 du BAC L de philosophie 2019 : Est-il possible d’échapper au temps ?

Voici un premier sujet du bac L de philosophie de 2019 beaucoup moins scolaire que le deuxième. Il convient cependant pour bien réussir à le traiter d’utiliser plusieurs références attendues.

Pour vous aider à problématiser

Il semblerait a priori qu’il serait impossible d’échapper au temps. Rappelez-vous de la principale thématique de la poésie – le tempus fugit. Pensez à la peinture – aux célèbres memento mori. L’homme ne peut échapper au temps. Personnifié, ce dernier souvent rendu monstrueux, guette l’homme et le dévore. Toute fuite du temps semble dès lors impossible.

Quelques éléments pour construire un plan pour le premier sujet du BAC L de philosophie de 2019 :

Première partie

En première partie, il s’agirait de voir comment pourquoi est-ce qu’il est si compliqué d’échapper au temps ? On pourrait d’une part rappeler des exemples littéraires ou cinématographiques. Puis, dans un second temps, on pourrait évoquer Kant. C’est en effet une référence attendue pour ce sujet. Le philosophe, dans la Critique de la raison pure, définit le temps comme un cadre a priori de la sensibilité, une structure de notre perception et de notre expérience de la réalité. Cette théorie est également développée par Bergson dans La Conscience et la vie. La conscience y est considérée comme indissociable du temps. Le temps structure la conscience de l’homme, l’homme évolue dans le temps et ne peut fuir l’espace temps.

Deuxième partie

En deuxième partie, on pourrait commencer la transition pour évoquer des oeuvres littéraires phares comme A Rebours de Huysmans ou encore A la recherche du temps perdu de Proust. Les écrivains y cherchent désespérément à retrouver le temps perdu grâce à la littérature. On retrouve cette idée chez Arendt ou encore chez Rousseau, dans le Second Discours. Il y définit la culture comme la capacité de l’homme à accumuler et à transmettre sa mémoire et à défier ainsi le temps en s’inscrivant dans une nouvelle temporalité. Les exemples littéraires sur ce sujet ne manquent pas. Pensez par exemple aux Hymnes de Ronsard. Le poète y défend la poésie comme un moyen de dépasser la temporalité et de s’échapper au temps. Le poème est ainsi gravé dans le marbre, tandis que le pouvoir politique ne peut échapper au temps.

Troisième partie

Mais faut-il chercher à tout prix à s’échapper au temps ? Cette fuite ne serait-elle pas contraire à la nature humaine ? Rappelez vous de la critique du divertissement dans les Pensées de Pascal. Il y présente le divertissement comme un abrutissement, un moyen de s’échapper au temps illusoire qui mène l’homme à sa perte. Pensez à la vaine quête de l’homme de l’immortalité dans la littérature ? Toute tentative de s’échapper au temps ne mène à rien de bon.

Quelques conseils pour ce sujet du BAC L de philosophie de 2019 :

  • Ce sujet est très littéraire : démarquez vous en utilisant à la fois des références philosophiques et des références littéraires originales et pertinentes.
  • Ce sujet est personnel : à vous de construire un plan (bien construit, avec une reflexion bien menée).

Sujet 2 : A quoi bon expliquer une oeuvre d’art ?

Voici le second sujet du bac L de philosophie de 2019 beaucoup plus académique que le premier.

Des éléments de problématisation pour ce second sujet du BAC L de philosophie de 2019

Expliquer implique de connaître les causes et les conséquences d’un phénomène. On explique généralement des faits scientifiques. Mais peut-on expliquer une oeuvre d’art ? Cela supposerait qu’une explication objective de l’oeuvre d’art serait possible.

On a tendance généralement à considérer qu’une oeuvre d’art ne peut pas être expliquée, qu’elle doit être ressentie. Cependant, les visites guidées, les audioguides, les ouvrages d’art sont là pour nous expliquer ces oeuvres – notamment tous les aspects techniques d’une oeuvre. Par exemple, la signification d’une ligne de fuite ou encore la symbolique des couleurs. Une oeuvre d’art baroque, sans une explication explicite serait pratiquement incompréhensible aujourd’hui. Pour en saisir le sens, il faut connaître les codes de l’époque. En revanche, certaines oeuvres favorisent le ressenti. A force de les expliquer, on considère beaucoup trop rationnellement l’oeuvre au lieu d’essayer d’en saisir subjectivement le sens.

En essayant d’expliquer une oeuvre d’art est-ce qu’on ne détournerait pas finalement son sens en la réduisant à ce qu’elle n’est pas ?

Construire un plan pour le second sujet du BAC L de philosophie de 2019

Première partie

Une oeuvre d’art est une oeuvre de l’esprit et elle ne peut dès lors être expliquée. Etant donné qu’une oeuvre d’art est subjective, on ne peut pas considérer objectivement sa beauté. Kant dans la Critique de la faculté de juger considère qu’il est impossible d’évaluer le beau selon un critère pré-établi. Ainsi, toute explication de l’oeuvre d’art ne serait jamais complète et ne serait jamais objective, parce qu’une telle explication est impossible pour une oeuvre de l’esprit.

Essayez de vous rappeler la dernière oeuvre que vous avez vue dans un musée. Est-ce qu’en l’expliquant vous pourrez transmettre tout le contenu de l’oeuvre ? Est-il seulement possible d’expliquer une oeuvre ?

Une oeuvre est en effet censée être vue pour être appréhendée. Arendt montre ainsi dans La Crise de la culture que c’est même là, la spécificité de l’oeuvre d’art.

Deuxième partie

Il est inutile et vain de chercher à expliquer une oeuvre d’art. L’artiste ne travaille pas avec un objectif précis à l’esprit. Il cherche à suivre son inspiration.

Hegel dans l’Esthétique souligne ainsi que l’art est une manifestation de l’Esprit dans les choses. Il est par conséquent impossible de l’expliquer. Il faudrait développer dans cette partie l’inspiration de l’artiste. On pourrait évoquer des exemples littéraires comme l’Oeuvre de Balzac. Créer l’oeuvre ultime est impossible, il s’agit d’un processus qui transcende l’artiste, inexplicable et incompréhensible même pour lui.

Troisième partie

Cependant expliquer une oeuvre peut parfois être utile. Apporter des éléments de contextualisation pour pouvoir déchiffrer l’oeuvre peut être très utile. C’est pour cela qu’on a besoin de médiateurs dans un musée ou encore de cours d’histoire de l’art. Les oeuvres se nourrissent les unes des autres (pensez à Moreau qui recopiait tous les tableaux des grands maîtres pour trouver son propre style). Les oeuvres se nourrissent d’une époque (pensez aux codes de la peinture baroque ou encore à la complexité de l’art contemporain (Kandisnky)). Les oeuvres sont critiques vis-à-vis de l’art même – pensez à René Magritte ou encore à Marcel Duhamp. Ces oeuvres doivent être expliquées pour révéler tout leur sens. Pensez aussi à des exemples d’histoire de l’art majeurs – comme la réflexion sur la perspective de Daniel Arras. En révélant son regard sur les oeuvres aux masses grâces au émissions de radio, il démocratise l’accès à l’art et permet à un plus grand nombre de comprendre et d’accéder aux oeuvres.

Il faut donc bien montrer que l’oeuvre d’art doit être sentie et vécue (pensez au phénomène très à la mode du slow looking) mais il faut avoir un certain nombre de connaissances nécessaires pour pouvoir comprendre l’oeuvre. L’explication est donc utile pour entrer au contact de l’art.

N’hésitez pas à consulter d’autres corrigés des épreuves de philosophie 2019 sur le site.

Poursuis ta lecture sur ces sujets