Classement des meilleures écoles de commerce en management des institutions culturelles

Meilleures écoles commerce management institutions culturelles 2021

Si les musées et autres établissements culturels ont été fermés une large partie de l’année, la culture n’en demeure pas moins un secteur particulièrement attractif. Malgré la crise qui le touche aujourd’hui, cet univers a connu une croissance historique ces dernières années et continue de séduire de nombreux talents issus d’écoles de commerce. Certaines de ces écoles proposent ainsi à leurs étudiants des parcours ambitieux pour les préparer au management des institutions culturelles.

Zoom sur le management des institutions culturelles

Le monde de la culture est avant tout caractérisé par sa diversité. Parmi les grands secteurs culturels, on compte aussi bien les institutions culturelles et artistiques (musées, fondations, théâtres), les médias, le cinéma, la production télévisuelle, la production musicale, les maisons d’édition que les arts du spectacle.

En France, la culture pèse ainsi près de 50 milliards d’euros, soit plus de 2% de l’économie nationale. Mais les 670 000 emplois générés par le secteur ne sont pas tous des métiers artistiques. Les organisations culturelles et artistiques, privées comme publiques, sont aussi des entreprises. De fait, elles relèvent à ce titre du monde du management et recrutent moult alumni de business schools. 

Les entreprises du management culturel ont en charge la programmation et l’organisation de projets artistiques, évènementiels ou culturels parfois complexes. Dans ces entreprises, les métiers du management sont alors omniprésents. Ils correspondent à l’ensemble de leurs fonctions supports : marketing, gestion des ressources humaines, finance et contrôle de gestion… 

Au terme d’une analyse approfondie du secteur, trois écoles se démarquent des autres Grandes Écoles. Nous souhaitons ici particulièrement mettre en avant la qualité de leur formation. Il s’agit de BSB, de NEOMA BS et de TBS. Ces écoles ont accepté de se soumettre au radar d’Up2School pour nous permettre d’analyser les programmes qu’elles proposent. Étudions donc plus en détail les forces et faiblesses de chacune. 

Le management des institutions culturelles dans la formation académique

Durant leur formation, les élèves de ces trois écoles se trouvent immergés dans le monde de la culture. Celle-ci est présente dès les premières années du Programme Grande École, à travers de nombreux cours et électifs. Ces écoles offrent également l’opportunité de se spécialiser en suivant un master en management des institutions culturelles en dernière année. 

Le management des institutions culturelles à TBS

À TBS, les étudiants peuvent, dès leur première année de master, choisir des cours où les questions culturelles sont prégnantes. On retrouve des cours comme Consumerism and commerce: analysis of music and culture, Management cultural in corporate institution. Cette formation culturelle participe d’un continuum au sein de la formation en arts et culture à TBS, dont le MSc MACC (Management des activités culturelles et créatives) est l’aboutissement.

Pour préparer celui-ci, les élèves de TBS peuvent compléter leur parcours d’une licence en Médiation et Gestion d’évènements culturels. Partenaire de l’école toulousaine depuis 2017, l’Institut Catholique de Toulouse permet de suivre ce double-cursus. L’ENSAV, également partenaire de TBS, organise des cours croisés sur la production et le marketing du film. 

Le management des institutions culturelles à NEOMA BS

NEOMA BS est également l’une des rares écoles qui propose un programme dédié aux industries créatives et culturelles. Ce programme, dispensé sur le campus de Rouen, est non seulement axé sur la gestion des arts, mais il aborde également les problématiques économiques, sociales et culturelles engendrées par la transformation actuelle de ces secteurs.

Là aussi, l’offre de cours et d’électifs est pensée pour permettre aux élèves d’appréhender les grandes problématiques culturelles. Entre les questions de stratégie (La stratégie dans les arts : art, marché et société), d’économie (The Economics of Culture) ou de Marketing (Cultural Marketing), chaque étudiant peut y trouver son compte. Le secteur culturel est ainsi présent dans plus de 2% des électifs proposés, un score largement supérieur à la plupart des autres écoles. 

Le management des institutions culturelles à BSB

Pour autant, l’école qui, plus encore que les autres, place la culture au coeur de son cursus est indéniablement BSB. Avec plus de 5% d’électifs dédiés à la culture, la business school bourguignonne est en effet leader en la matière. Trois programmes permettent de se former au management culturel. Il s’agit du Parcours d’Excellence Culture sur trois années, du MSc Arts & Cultural Management ainsi que du MS MECIC.

Ce dernier est considéré comme l’un des meilleurs MS d’Europe dans le domaine. Il forme des professionnels au service des créateurs pour les soutenir dans les phases de financement, production et diffusion. Avec plus de 80% d’intervenants professionnels, ce programme dispensé au cœur de Paris donne ainsi accès à un réseau de 80 acteurs majeurs du monde culturel parisien et national.

La culture dans la vie étudiante

Dans les trois écoles, la culture ne s’arrête pas à l’enseignement. Sur chacun des campus, plusieurs associations et événements la mettent en valeur au cœur de la vie étudiante. 

À TBS, plusieurs associations étudiantes rythment la vie de l’école. C’est notamment le cas de la Banda Tolosa, la fanfare de TBS, ou encore de Culturesc, organisée autour du thème de la musique. Le Trophée des Arts est également un des moments forts de l’année culturelle. Organisé par une association de TBS, l’événement réunit 41 écoles de commerce européennes !

En dehors du campus, les élèves participent également aux activités étudiantes de la région. On pense notamment au Cartoon Forum, un festival de films animés qui se tient à Toulouse chaque année. Les étudiants de TBS y sont fortement investis. L’école y organise une session de coaching commune à ses élèves et à une cinquantaine d’étudiants d’écoles d’art de la région Occitanie.

NEOMA Business School a également ouvert ses campus à l’art avec les expositions NEOM’ART on Campus. Ces expositions ont notamment vu des artistes, comme le sculpteur Mauro Corda, exposer leurs œuvres. Trois associations et un club alumni ont par ailleurs la charge de faire vivre la culture pendant et après l’école. 

Le fonctionnement de BSB est très similaire de celui de NEOMA et TBS. Son bureau des arts (BDA), par exemple, est particulièrement dynamique. L’école place par ailleurs la culture au cœur de plusieurs conférences-débats qu’elle organise chaque année. Ces événements permettent aux étudiants de dialoguer ainsi avec des professionnels du secteur. 

Les partenariats avec les entreprises du secteur

Dans ces trois écoles, les partenariats avec les entreprises du monde culturel ou certains établissements publics permettent de faciliter les recherches de stage ou d’alternance. Certaines d’entre elles interviennent même durant la formation des étudiants qui ont ainsi accès à une approche concrète du métier.

À BSB, plusieurs partenariats prestigieux ont été conclus avec de grandes entreprises, publiques comme privées. On pensera notamment à Arte, la BNF, le CNC, le Théâtre de l’Odéon ou encore l’Opéra de Paris.

TBS se concentre sur des partenaires plus locaux. Parmi eux, on retrouve Les Orgues, l’Opéra du Capitole ou encore le Festival des arts de rue de Ramonville-Saint-Agne. De plus, la pédagogie du Learning by doing repose sur de nombreux partenariats. Noués avec des entreprises du secteur, ils permettent de travailler sur de vraies problématiques d’entreprises avec les étudiants. Une des collaborations phares consiste en un projet pédagogique autour du Big Data avec le Musée d’Orsay.  

L’insertion des alumni dans le management des institutions culturelles

En matière d’insertion professionnelle dans le secteur culturel, c’est BSB qui se démarque de ses concurrents. Avec plus de 3,5% d’alumni qui rejoignent ce secteur, BSB occupe en effet une place de leader incontestable. Loin derrière (environ 1%), NEOMA BS et TBS affichent tout de même des scores tout à fait honorables. 

Les étudiants de ces écoles rejoignent ainsi aisément des grands groupes comme Canal+, Sony Music Entertainment, la Philharmonie de Paris (TBS) Ubisoft ou encore le Centre Pompidou (NEOMA). À BSB, plusieurs profils se distinguent par leur réussite dans le secteur, que ce soit en France ou à l’étranger. C’est notamment le cas de Nicolas Gerbier, en poste au sein du prestigieux Centre Pompidou depuis 7 ans !

L’entrepreneuriat est aussi fortement encouragé dans le secteur culturel. En la matière, il faut remarquer les efforts de TBS qui a vu naître plusieurs entreprises comme Speakablabla, qui démocratise l’apprentissage des langues étrangères chez les adolescents. Du côté de NEOMA, on pourra penser à Cassette, une entreprise incubée qui souhaite réinventer le marketing musical.

Enfin, BSB, au sein de son MS MECIC, propose un parcours spécifique réservé aux porteurs de projets entrepreneuriaux, en partenariat avec des incubateurs spécialisés. Ceux-ci soutiennent des start-up comme Satür, qui se positionne dans le secteur de la production et de l’organisation d’événements à caractère culturel autour de la musique électronique.

Finalement, quelle école choisir ? 

Pour rendre compte des performances des trois écoles dans le secteur du management des institutions culturelles, nous avons calculé un score centré réduit sur la base de quatorze critères qui, une fois pondérés, ont permis d’établir une hiérarchie entre les écoles. Suite à cette analyse statistique, Burgundy SB se démarque de ses concurrentes, devant NEOMA BS, deuxième, et Toulouse BS, qui ferme la marche. 

Ainsi, grâce à son expertise dans le management culturel fondée sur trois axes (l’enseignement, la recherche et l’entrepreneuriat culturel), BSB s’est imposée au fil des années comme un vrai leader dans le domaine. Ses rivales n’ont pour autant pas à rougir de leur place dans ce classement, étant donné les partenariats et les perspectives professionnelles qu’elles offrent à leurs étudiants. 

Total
11
Shares
Previous Post
Meilleures écoles commerce 2021 Santé

Classement des meilleures écoles de commerce dans le secteur de la santé

Next Post
Classement écoles commerce 2021 développement durable management

Classement des meilleures écoles de commerce en management du développement durable

Related Posts